Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise démocratique

Rémi Lefebvre : « Nous n’avons jamais eu des élus locaux aussi peu légitimes »

Publié le 14/09/2021 • Par Pablo Aiquel • dans : France

Lefebvre-remi
LightMotiv/Anouk Desury
Le politologue Rémi Lefebvre sonne le tocsin après l'abstention-monstre lors des dernières élections locales. "Il va falloir rouvrir des chantiers : la réforme des régions a été une catastrophe démocratique", exhorte-t-il

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

 

Certes, les Français n’avaient pas la tête à aller voter au mois de juin, pour les élections régionales et départementales. Mais la progression de l’abstention préoccupe le professeur en sciences politiques Rémi Lefebvre en ce qu’elle révèle de la crise démocratique profonde que vivent les collectivités locales. La polarisation de l’élection présidentielle, la prédominance des aspects techniques, la dépolitisation et la rupture générationnelle sont des signaux structurels qui alertent le politologue. Si Rémi Lefebvre juge urgent de « rouvrir les chantiers » des réformes territoriales, il s’avoue « assez pessimiste ».

Quelles sont, selon vous, les principales raisons de l’abstention record aux dernières élections territoriales ?

Faire parler les gens qui ne s’expriment pas est très ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rémi Lefebvre : « Nous n’avons jamais eu des élus locaux aussi peu légitimes »

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

15/09/2021 10h44

Un article très intéressant.

Comme le dit l’auteur, des communes importantes dirigées par des élus aux profils politiques variés appliquent pratiquement les mêmes mesures sur leurs territoires.
Quel est alors l’intérêt d’aller voter quand les mesures mises en place seront les mêmes quel que soit l’élu à la tête de la collectivité?

Un autre point important concerne le projet initialement porté par les élus lorsqu’ils se présentent au suffrage universel et les suites qui sont données. Souvent, les mesures sont assez éloignées de celle de leur programme. La raison invoquée est souvent qu’ils n’avaient pas connaissance de la santé financière de la collectivité. La population retient le plus souvent que les élus ne savent qu’augmenter les prélèvements obligatoires!

Comment dans de telles circonstances peut-on mettre en cause ceux qui ne vont pas voter; souvent les jeunes?
Si les plus anciens vont plus facilement voter c’est également du au fait que lorsqu’ils étaient jeunes, ils avaient des cours d’instruction civique. Ces cours donnaient des éléments précis sur l’organisation administrative et politique de notre pays qui étaient bien plus simples qu’aujourd’hui.

Qui sur un territoire connait ses conseillers intercommunaux, ses conseillers départementaux, régionaux voire même européens? Ne parlons pas de leurs sénateurs!
Dans de telles conditions comment peuvent-ils s’intéresser à des élections dont ils n’ont aucune connaissance?

Revenons au bon sens paysan en revoyant notre organisation administrative et politique et en redonnant ses lettres de noblesse à l’instruction civique mais en respectant cet ordre.

Je suis donc moins pessimiste que l’auteur, mais à la condition que les élus acceptent de reprendre leurs responsabilités, sans langue de bois et qu’ils participent à la mise en place de la démocratie telle que le Peuple la souhaite.
En un mot, la solution à nos maux est aux mains des élus qui doivent arrêter leurs querelles politiciennes!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement