Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

Un an après son lancement, le plan de relance peine à se concrétiser

Publié le 10/09/2021 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, Décryptages finances, France

planification des chantiers
Phovoir
Retrouvez comme tous les vendredis, le billet du Club Finances. Alors que le gouvernement espère avoir engagé d’ici la fin de l’année, 70 des 100 milliards du plan de relance lancé il y a un an, ses effets ont du mal à se vérifier concrètement, particulièrement dans les territoires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Relance : quels leviers pour les collectivités ?

Le plan de relance, lancé en grande pompe le 3 septembre 2020 par le Premier ministre Jean Castex, a un an. Le gouvernement aimerait bien en faire un événement, mais la fête d’anniversaire passe en fait un peu inaperçue. L’exécutif a pourtant de quoi se réjouir : la moitié des 100 milliards prévus est d’ores et déjà engagée et il ambitionne d’en consommer 70 d’ici la fin de l’année. Pour les collectivités, « plus de 10,5 milliards d’euros vont aux collectivités locales » rappelle Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics. C’est la première fois qu’une enveloppe de crédits aussi importante est mise à disposition de l’ensemble des collectivités locales », se félicite-t-il. Il y aurait donc de quoi sortir les cotillons pour cet anniversaire, d’autant que la reprise s’annonce vigoureuse, au-delà de 6 % pour 2021 selon les dernières estimations de l’Insee – sans trop savoir ce qui procède d’un rattrapage « naturel » de l’activité ou des premiers effets du plan de relance.

« Décalage » avec la réalité du terrain

Car voilà, malgré un montant quatre fois plus important que celui d’après la crise de 2008 et trois thématiques (Compétitivités, écologie, cohésion sociale) au spectre suffisamment large pour y intégrer aussi bien des relocalisations industrielles que des plantages de haies en passant par la baisse d’impôts de production, ce plan souffre d’« un décalage entre son appréhension macroéconomique et ses conséquences concrètes sur le territoire », avoue Matignon au journal Le Monde.

Comme le « Train de la relance » qui sillonne la France jusqu’au 2 octobre, Jean Castex est également parti en tournée de promotion, qui passe par les assises de l’APVF ce matin 10 septembre à Cenon, pour vanter son bilan. Les députés l’ont précédé en publiant un rapport cet été globalement positif sur la territorialisation du plan de relance.

Toutefois, le monde local a globalement du mal à distinguer les projets du plan de relance des « coups partis ». « Ce premier bilan s’appuie sur des projets déjà lancés et financés principalement par les dotations exceptionnelles d’investissement » appuie Claire Delpech, conseillère finances, fiscalité et habitat à l’Assemblée des communautés de France (AdCF).

La course-poursuite engagée par les acteurs locaux pour signer des protocoles d’accord de Contrats de relance et de transition écologique (CRTE) avant l’été a poussé les collectivités à inclure dans le texte des projets déjà bien aboutis mais dont la réalisation pouvait peut-être être plus vite achevée grâce à ce plan. Malheur à ceux qui n’avaient rien dans les tuyaux. « Nouvellement élu, je n’avais pas de projets déjà ficelé, du coup je suis assez pessimiste sur le sort des 10 projets que j’ai déposés », se désole Jean-Baptiste Hamonic, maire de Villepreux (Yvelines).

Au moment de la signature du protocole, incluant pêle-mêle des programmes d’aide à la transition numérique des commerçants et artisans, un projet éducatif social accompagnant l’insertion des jeunes, la création d’espaces France Services ou un projet partenarial d’aménagement du littoral menacé par la montée des eaux, la cheffe de projet « transition écologique » de la communauté de communes Coutances mer et bocage (49 communes, 48 000 hab., Manche) Clara Osadtchy, avait eu cette phrase définitive : « Le CRTE ne crée pas de nouveaux projets, il agglomère ceux en cours et à venir. Il rend visible la stratégie de contractualisation de l’Etat. »

« Triangle des Bermudes »

Accélérateur de projets à défaut d’en être le créateur, le plan de relance sait tout de même se faire attirant auprès d’acteurs locaux bien conscients qu’il n’y aura pas suffisamment de crédits pour tout le monde. Ce jeu de Bonneteau avec les dotations à l’investissement engagées dans ce plan pour un montant global de 2,6 milliards d’euros fait peur aux plus petites villes : « il faudra prendre garde à ce que la territorialisation ne soit pas synonyme d’une multiplication d’appels à projets, qui tendent à favoriser les communes les plus grandes car mieux dotées en moyens d’ingénierie » prévient le président de l’APVF Christophe Bouillon, qui constate une certaine « opacité » dans le processus de sélection : « Nous nous sommes pressés pour faire rentrer tous les projets éligibles rapidement, mais depuis, plus rien » grince-t-il. « Nous sommes dans un Triangle des Bermudes », renchérit un élu local. Ce sentiment que les jeux sont déjà faits ne peut que s’amplifier à mesure que ce plan se dévitalise : dès le mois de mai 2021, la moitié des 10,5 milliards destinés aux collectivités était déjà engagée et seuls une trentaine de milliards resteront globalement à consommer en 2022, dernière année d’application du plan.

Le gouvernement travaille déjà –dans la douleur – sur un nouveau plan doté également d’une trentaine de milliards sur cinq ans, baptisé cette fois d’investissement pour montrer que la France passe l’étape d’après la crise. Toutefois, les crises passent, mais les méthodes restent. Les collectivités seront consultées sur ce sujet en temps utile fait-on savoir à Bercy.

Cet article fait partie du Dossier

Relance : quels leviers pour les collectivités ?

Sommaire du dossier

  1. Plan de relance : à qui profitent les milliards prévus pour les collectivités territoriales ?
  2. Un an après son lancement, le plan de relance peine à se concrétiser
  3. Le plan de relance dope l’investissement local
  4. Le CRTE, un contrat chapeau pour doper la relance
  5. Les sous-préfets à la relance sous le feu des sénateurs
  6. Plan de relance : les préfectures manoeuvrent à vue
  7. Plan de relance ou fonds structurels, il faudra choisir le bon tuyau
  8. [DATA] Plan de relance : Où vont les 100 milliards d’euros ?
  9. Plan de relance : une montée en puissance jugée satisfaisante
  10. Le baptême du feu des sous-préfets à la relance
  11. Les pôles territoriaux de coopération économique veulent s’inviter dans le plan de relance
  12. Plan de relance : les régions ne ménagent pas leurs efforts
  13. Relance : les premiers contrats signés par des régions et des départements
  14. Plan de relance : Jean Castex en service après-vente
  15. Plan de relance : frein ou levier pour les collectivités ?
  16. Plan de relance : ce qui attend les collectivités locales
  17. Relance : territorialiser l’enveloppe annoncée, oui mais comment ?
  18. Le guide pour tout savoir sur le plan de relance
  19. Relance : la promesse qui valait presque 100 milliards d’euros
  20. Les travers du plan de relance
  21. Plan de relance : quelle déclinaison territoriale ?
  22. Des « sous-préfets à la relance » pour faire remonter les blocages dans les territoires
  23. Les collectivités jonglent avec leur plan pluriannuel d’investissement
  24. Les collectivités revoient leur modèle de développement économique
  25. Ferroviaire, bâtiment, eau… 30 milliards pour relancer quelle transition écologique ?
  26. Le Plan de relance efface les pauvres
  27. Après la crise sanitaire, l’emploi, priorité absolue des territoires
  28. Relance : les régions devraient augmenter leurs investissements
  29. Relance : les intercommunalités se lancent dans la mêlée !
  30. Plan de relance du spectacle vivant : encore beaucoup de points à préciser
  31. Plan de relance : à quoi s’attendent les acteurs du patrimoine ?
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un an après son lancement, le plan de relance peine à se concrétiser

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement