Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par KONE

L’ascenseur, élément clé de l’accessibilité

Publié le 08/09/2021 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

Que ce soit dans les ERP – et donc dans les mairies – ou dans les logements sociaux, garantir l’accessibilité est une obligation. Alors bien souvent, lorsqu’un bâtiment comprend plusieurs niveaux, l’ascenseur s’avère indispensable. Tirez parti de cette obligation pour optimiser le confort des usagers, les flux au sein du bâtiment… et l’image du bâtiment !

L’ascenseur, pas seulement pour les PMR

La loi impose l’installation d’un ascenseur, dans les logements et ERP répondant à certains critères.

Dans l’habitat collectif, il doit ainsi être obligatoirement installé dès que le bâtiment comporte plus de 3 étages, et accueille des logements au-dessus ou au-dessous du rez-de-chaussée.

Dans les ERP, il est imposé :

  • si l’effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs atteint ou dépasse cinquante personnes (chiffre obtenu en cumulant les effectifs admis à chaque étage) ;
  • si l’effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs n’atteint pas cinquante personnes et que certaines prestations ne peuvent être offertes au rez-de-chaussée.

Mais pour les communes, installer un ascenseur dans les bâtiments neufs, même s’ils ne sont pas concernés par les critères d’exigibilité, peut être un véritable atout. Avec l’ascenseur, les espaces s’ouvrent à tous, sans restriction. L’accès des familles avec de jeunes enfants ou des poussettes, ou encore des séniors, est simplifié. Le bâtiment devient plus accueillant.

Des obligations précises et des « petits plus »

Bien sûr, lorsqu’il est obligatoire, l’ascenseur doit aussi satisfaire à certains critères, pour permettre son usage aux personnes présentant un handicap. La réglementation détaille ainsi :

  • des exigences de dimension concernent la cabine et la largeur des portes, pour que l’ascenseur puisse accueillir un fauteuil roulant (et un ou plusieurs accompagnateurs selon la charge nominale) ;
  • des exigences de fonctionnement, comme la précision de l’arrêt (pour éviter un décalage entre le sol de la cabine et le plancher) ;
  • des exigences d’équipement (concernant par exemple le revêtement de sol, la position des panneaux de commande, la lisibilité de l’affichage, le message vocal, ou encore l’installation de miroirs si une personne en fauteuil roulant ne peut se retourner dans la cabine…).

Mais certains constructeurs proposent de dépasser ces obligations, qui visent l’accessibilité de tous les porteurs d’un handicap quel qu’il soit, en intégrant également des améliorations liées au confort, au bien-être et à l’hygiène. Par exemple, KONE propose de créer dans l’ascenseur une ambiance en adéquation avec le bâtiment, avec différentes options de design, de couleurs, d’éclairage ou de matériaux, ou en proposant des matériaux hautes performances plus hygiéniques et plus faciles d’entretien. Des « petits plus » qui font toute la différence au quotidien !

Maintenir l’équipement, pour une disponibilité sans faille

L’ascenseur peut même se faire connecté. Il pourra alors se doter d’un écran pour diffuser des informations à destination des usagers, par exemple pour tisser un lien avec les habitants dans un logement social. Il pourra aussi être au cœur d’un projet de bâtiment intelligent, pour optimiser la circulation, ou centraliser la sécurité et le contrôle d’accès…

Et parce qu’un ascenseur se doit avant tout d’offrir une totale disponibilité, la maintenance ne doit pas être négligée. Et une fois encore les nouvelles technologies apportent un véritable gain de confort et d’efficacité, avec la maintenance prédictive. Le principe est simple : l’ascenseur est équipé de multiples capteurs, qui collectent en continu de nombreux paramètres de fonctionnement, analysés en temps réel par une intelligence artificielle. Dès qu’un risque de dysfonctionnement est détecté, une alerte est envoyée et une intervention programmée avant même qu’une panne ne survienne.

Ces différentes innovations – qu’elles concernent le design, la gestion ou l’entretien – incitent à repenser l’ascenseur, qui ne doit plus être considéré comme une simple obligation à satisfaire. Il peut devenir un véritable levier de satisfaction, illustrant l’engagement et le dynamisme de la commune qui veille à l’accessibilité mais aussi au bien-être des usagers.

 

Contenu proposé par KONE

Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’ascenseur, élément clé de l’accessibilité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement