Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Modes de gestion

Cantines : les bonnes recettes des mairies pour passer en régie

Publié le 23/08/2021 • Par Hélène Huteau • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, France, Innovations et Territoires

L'alimentation et l'eau potable sont deux vecteurs potentiels et importants de substances considérées comme des perturbateurs endocriniens.
Jérôme Dorkel / Strasbourg Eurométropole
Les mairies qui ont un projet alimentaire global souhaitent gagner en cohérence en prenant la main sur les approvisionnements des cantines. Des petites communes et des métropoles y songent ou passent à l’acte. La mutualisation est une clé, via plusieurs formules, telle la société publique locale, voire l’interco. La marche est haute, tant les mairies ont perdu ce savoir-faire depuis quinze ou vingt ans.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ramdam dans les cantines : beaucoup de mairies repassent en régie directe ou rêvent de le faire. A Montreuil (106 700hab.), la question sera mise au débat public cet automne, lors des états généraux de l’alimentation. Lyon et Marseille, impliquées dans un projet alimentaire territorial (PAT), étudient sérieusement la question. Nombre de compétences sont à intégrer: approvisionnement, production, logistique… Quand on a encore la chance d’avoir une cuisine!

A Avranches (12 200hab., Manche), la restauration collective va devenir le service le plus important de la mairie à partir du 1er janvier 2022. Or, pour l’instant, tout est porté par les élus. A Lévignac, près de Toulouse, Antoine Cottin y a consacré un jour par semaine pendant huit mois : « Il existe diverses dimensions à explorer : sanitaire, technique, subventions… » rapporte le conseiller municipal. La petite commune bénéficiera de 20 000 euros du plan de relance pour les communes rurales. Alors que, à la fin des années 1990, effrayés par les normes qui s’accumulaient pour éradiquer les risques toxico-infectieux, les maires ont largement délégué le service de restauration collective, aujourd’hui, un autre point les fait revenir en arrière. « Réchauffer dans des barquettes en plastique représente un risque à long terme », précise l’adjointe au maire chargée de l’éducation à Avranches, Annie Parent.

Démarche globale

L’imprégnation des molécules de plastique dans l’organisme des jeunes, par la réchauffe, a fait se mobiliser des associations de parents. C’est ce qui a bousculé la mairie de Montrouge (49 000 hab., Hauts-de-Seine) il y a quelques années. S’en est suivie la prise de conscience qu’une nourriture très industrielle, transformée, n’était pas non plus le choix le plus sain pour les enfants. Des municipalités ont commencé à réfléchir à leur organisation alimentaire avant même que la loi « Egalim » n’entérine ces choix de société, en 2018 (1).

Enfin, la volonté de relocaliser l’alimentation et infléchir ainsi le développement économique et paysager du territoire est une motivation supplémentaire pour une reprise en main des cantines. « On se rend compte que la maîtrise de l’outil nous permet une démarche globale », témoigne Jean-Marc Defrémont, maire de Savigny-sur-Orge (36 300 hab., Essonne). Là encore, la loi « Egalim » appuie et accélère cette tendance avec l’obligation de fournir du bio, des labels de qualité et/ou du local aux convives. Pour Jacques Pélissard, ex-député maire de Lons-le-Saunier et ex-président de l’Association des maires de France, la cantine était un service public intouchable. « C’est comme l’eau, c’est du bien commun », écrivait-il il y a onze ans (2). Si la décision est politique, la politique peut aussi être un frein. Montrouge et Sceaux (19 600 hab., Hauts-de-Seine) avaient formé le projet d’une cuisine centrale il y a dix ans. Elles ont dû le revoir et chercher de nouveaux partenaires à la suite de la défection de la ville de Wissous (7 300 hab.) après les élections. Quant à Avranches, elle a gelé durant six mois son projet en raison des municipales.

Cuisine de proximité

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Cantines : les bonnes recettes des mairies pour passer en régie

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement