Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections

Les pistes des DG d’intercos pour réanimer la démocratie

Publié le 22/07/2021 • Par Guillaume Doyen • dans : France

Quel programme électoral?
Noble Nature / Adobestock
Comment redonner du souffle à la démocratie locale, meurtrie par un taux d'abstention spectaculaire aux départementales et aux régionales ? Nous avons posé la questions aux cadres des intercos de l'ADGCF qui, début juillet, lors de leurs Universités d'été, se sont penchés sur cet épineux dossier.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La baisse de la participation aux élections locales s’inscrit dans une tendance longue, que le crash démocratique de juin a brutalement accéléré. Mais en déterminer les causes relève encore de l’exercice de haute voltige. Tout au plus, reconnaissent les DG d’intercos, peut-on, pour l’instant, poser des hypothèses, et formuler quelques propositions.

« Qu’on aille voter ou pas, cela ne change rien : j’ai l’impression d’entendre tout le temps la même musique chez les électeurs, témoigne Yvonic Ramis, le nouveau président de l’ADGCF, et DGS mutualisé de la ville et de l’agglo de Moulins (Allier). Nous sommes dans un mode de vue hyperconsumériste, marqué notamment par l’essor de l’achat à distance. Est-ce que le simple acte ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les pistes des DG d’intercos pour réanimer la démocratie

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

23/07/2021 10h23

Ne dit-on pas qu’il est plus facile de voir l’aiguille plantée dans l’oeil du voisin que le pieux planté dans le sien?

La rengaine est donc toujours la même: mettre au pilori ceux qui ne vont pas voter. Et pour cela toutes notions sont bonnes à prendre.
Mais, à aucun moment, ni les spécialistes de ces questions, ni les élus, ni même les médias ne s’interrogent sur les droits et obligations de nos élus.
Qui n’a pas constaté avec le temps une dérive des pratiques de notre démocratie?
Qui n’a pas constaté que depuis cinquante ans tous les élus utilisent les mêmes termes… sans aucune amélioration pour le Peuple? (l’exemple type: on vous demande un dernier effort et après tout ira mieux et vous pourrez en bénéficier… et on reprend la même phrase lors du nouvel effort exigé!).
Qui n’a pas constaté que certains textes et principes s’appliquent à toute la population, sauf à certains élus? (allez donc regarder les règles liées à l’imposition des revenus des élus par exemple ou aux frais de mandat des députés et élus qui n’en rendent compte qu’à leurs pairs!).

Faisons un bilan rapide de ces cinquante dernières années:
– quand le franc existait, il a connu plusieurs dévaluations notamment face à la devise allemande,
– les prélèvements obligatoires ont progressé de plus de dix points et sont parmi les plus élevés de l’union européenne,
– la dette de notre pays atteint depuis plus de dix ans des sommets,
– le remboursement de cette dette a pour conséquence de limiter la capacité d’investissement,
– le déficit public persiste depuis 1979 (M. Barre est le dernier Premier ministre a avoir présenté un budget équilibré! (imaginez-vous pouvoir être en déficit personnel pendant une si longue période?),
– le chômage est passé de moins de 3% à presque 10% (avec pas mal de mesures pour statistiquement le réduire),
– les prélèvements obligatoires ne sont plus qu’à la charge de moins de 50 % de la population (impôt sur le revenu, TF, TH),
– en même temps, le taux de la TVA a progressé de trois points et il en est de même pour la CSG et le CRDS,
– l’Etat est contraint chaque année avec l’augmentation du SMIC de verser à une partie des fonctionnaire une contribution pour que ces derniers perçoivent le minimum légal,
– dans la fonction publique, les grilles des salaires entre les cadres et non cadres sont devenues très proches (désormais un cadre en début de carrière perçoit de l’ordre de 10 % au-dessus du SMIC???),
– …

Et certains se demandent encore pourquoi une large partie de la population ne va pas voter?

Je ne fais pas partie de cette dernière. Mais je suis convaincu qu’il faut revoir de fond en comble les règles de fonctionnement de notre démocratie.

D’abord, il faut changer les modes d’élection des élus avec un seul tour au lieu de deux, ce qui mettra un terme aux tractations entre deux tours, incomprises par les électeurs (avant le premier tour, les prétendants se déchirent avant de se marier pour le second tour).
Il faut aussi prendre en compte les bulletins blancs et nuls en affectant des sièges de toutes les listes proportionnellement à ce résultats.
Il faut enfin que les élus rendent compte directement au Peuple de la manière dont ils exercent leurs fonctions (notamment en ce qui concerne leurs revenus et avantages). Pour ces avantages, il faudrait aussi que les élus sollicitent directement le Peuple avant de les mettre en place, si ce dernier en est d’accord).

Enfin, il faut que les élus soient responsables de leurs actes devant la loi, à la manière des chefs d’entreprise!

Nous sommes encore loin du compte.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement