Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Interview] Habitat

Logement social : « Pourquoi ne pas aller jusqu’à la mixité sociale au palier »

Publié le 21/07/2021 • Par Eric Larpin • dans : Actu expert santé social, France

logements construction
AdobeStock
Comme quelques autres acteurs du logement très social, Habitat et humanisme, créé à Lyon il y a trente ans, aide les collectivités locales à améliorer leur production de logements et la mixité sociale qui en découle. Mais les besoins en Ile-de-France restent encore importants, comme l’expliquent Olivier Launay, directeur général d’Habitat et humanisme Ile-de-France et Jérôme Porier, responsable de l’Observatoire de la mixité sociale (OMIS).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comment un acteur comme Habitat et humanisme travaille-t-il avec les collectivités locales ?

Olivier Launay : Comme tout producteur de logements, nous avons un lien direct avec l’ensemble des échelons territoriaux. Pour Habitat et humanisme Ile-de-France, l’interlocuteur-clé demeure le conseil régional, qui finance pour partie notre activité de MOI (maîtrise d’ouvrage d’insertion), qui peut être aussi financée par tous les niveaux de collectivités. Là où nous construisons des logements, nous sommes aussi en lien avec les conseils départementaux, qui financent les mesures d’accompagnement du logement social, les villes et les communautés de communes, avec qui on traite la dimension opérationnelle : permis de construire, choix du foncier, réhabilitations. Nous travaillons avec les services ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Logement social : « Pourquoi ne pas aller jusqu’à la mixité sociale au palier »

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

22/07/2021 09h20

La question est intéressante. Mais par mon expérience je peux vous assurer que cette « mixité sociale au palier » existe déjà!

Je suis propriétaire d’un logement loué à une famille aux revenus plus que modestes, on peut même dire en très grande précarité. Le bâtiment concerné est composé de six logements. Ainsi sur le même palier, il y a une famille aux revenus limités et une autre aux revenus moins modestes.

Je tiens aussi à souligner que les différentes études montrent qu’environ 80 % de la population dispose de revenus lui permettant d’accéder à un logement social. Or comme un peu moins de 70 % de la population est propriétaire de son logement, une part non négligeable réside déjà dans un bien loué par un propriétaire privé…

En un mot, arrêtons cette frénésie qui consiste à être dans l’extrémisme: d’un côté les organismes publics et de l’autre les bailleurs privés avec les connotations plus ou moins favorables que l’on peut imaginer.
Tous deux ont la même ambition: louer au juste prix un bien décent…

N’oublions pas qu’encore tout récemment, les médias ont rapporté que des organismes HLM disposaient encore à la location des biens ne respectant les obligations d’un bien décent, comme il en est de même pour des bailleurs privés.
Enfin, certains locataires d’HLM doivent verser une contribution supplémentaire car leurs revenus dépassent les plafonds autorisés par la loi. On peut s’interroger sur les raisons qui n’ont pas amené le législateur à prendre les mesures adéquates pour que ces locataires quittent leur logement HLM alors qu’ils ont largement les moyens d’en trouver un auprès d’un bailleur privé???

Quant à dire que les bailleurs privés s’enrichissent sur le dos des « pauvres » locataires je leur dirai (preuve à l’appui) qu’en ce qui me concerne, une fois les prélèvements obligatoires effectués (TF, CSG + CRDS et impôt sur le revenu), j’ai reversé 75 % du montant des loyers! et avec cela j’ai encore les frais de copropriété à payer. J’ai donc la chance d’obtenir un revenu net de l’ordre de 20 % du montant des loyers… quand il n’y a pas de travaux.

J’ai oublié un détail: le loyer mensuel est de 450 € pour 70 m2 plus un garage et bien entendu, il est décent. En outre, nous venons de réaliser des travaux d’isolation avec le changement des menuiseries qui représentent 14.000 € soit 12,9 années de bénéfices avant charges de copropriété.
Pour être totalement transparent, le logement était classé en E et passe ainsi en C, sans aucune subvention.

Je pense qu’il est temps de se rendre compte qu’il faut mettre partager les contraintes et considérer, voire même accompagner, les bailleurs publics et privés de la même manière.
Ceci va aussi dans le sens des objectifs du changement climatique

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement