Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

STATUT FONCTION PUBLIQUE

Liberté d’opinion ou devoir de réserve : un guide pour distinguer les notions

Publié le 22/07/2021 • Par Emeline Le Naour • dans : A la Une RH, Actu juridique, Documents utiles, France, Toute l'actu RH

parler-voix-oral-une
Adrian Niederhäuser
Trop souvent surinterprétée tout en étant largement méconnue par les agents publics, la notion de droit de réserve fait l'objet d'un guide pratique. Publié par le collectif "Nos services publics", le document a pour objectif de donner des repères pour permettre une meilleure expression publique des agents.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Faire part de son expertise critique en tant qu’agent public est-il contraire au devoir de réserve ou simplement l’exercice de sa liberté d’opinion ? Le collectif « Nos services publics » publie, à dessein, jeudi 22 juillet, un guide sur le devoir de réserve des fonctionnaires avec pour objectif principal de le distinguer de la notion de liberté d’opinion et d’expression des agents. Qualifiée par les auteurs, « d’utilité publique et d’opportunité pour faire progresser le service public », la prise de parole des acteurs du service public se cognerait encore trop souvent à la notion floue du devoir de réserve.

« Le sujet du devoir de réserve est un questionnement récurrent des agents publics ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Liberté d’opinion ou devoir de réserve : un guide pour distinguer les notions

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

23/07/2021 09h46

Incroyable mais vrai! Le guide est écrit en écriture inclusive…

Je suis contre cette écriture qui consiste à rajouter des « e » et des « s » à la fin des mots.
Tout d’abord cela rend la lecture et donc la compréhension du texte plus difficile… alors qu’une bonne partie de la population a déjà des difficultés pour comprendre un texte écrit suivant les règles grammaticales et d’orthographe actuelles.

Bien sûr, sur le principe je suis d’accord pour reconnaître au genre féminin les mêmes droits qu’à celui masculin. Mais la méthode qui consiste à rajouter des « e » et des « s » à la fin des mots n’est certainement pas la bonne.
Il m’arrive d’appliquer ce concept… tout simplement soit en changeant l’ordre des mots dans la phrase, soit en utilisant un terme s’appliquant aux deux genres.

Il existe une solution bien plus simple: supprimer l’un des genres. Donc n’en utiliser plus qu’un et peu importe que ce soit le genre actuel dit asexué ou le masculin ou le féminin.

Sur le fond, ce n’est pas l’écriture inclusive qui va mettre un terme aux discriminations féminines. C’est par l’éducation et l’image nouvelle que l’on y arrivera.
Il y a une bonne quarantaine d’années, quand un homme faisait de nombreuses conquêtes, on disait de ce dernier qu’il avait du savoir-vivre. Inutile de dire de quels termes était affublée une femme appliquant les mêmes principes.
Si aujourd’hui on constate une légère évolution, ces principes restent encore (et malheureusement) d’actualité.

Au fait, avez-vous constaté que j’ai utilisé le principe de l’écriture inclusive dans mon texte mais sans les « e » et « s »!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement