Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Covid-19

Jean Viard : « La France est entrée dans un nouveau modèle spatial »

Publié le 04/08/2021 • Par Romain Gaspar • dans : A la une, France

Jean Viard, sociologue et directeur de recherches CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po dans ses locaux des Editions de l'Aube ˆ la Tour d'Aigues (84)
© Claude ALMODOVAR / La Gazette
« Nous entrons dans une civilisation écologique et numérique autour d’un nouveau commun, le climat », considère le sociologue. Cela nécessite « de repenser l’organisation démocratique du territoire ». Tout un programme.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Y aura-t-il un monde d’après ? C’est la question que pose le directeur de recherche associé au Cevipof et au CNRS, Jean Viard, dans son ouvrage « La révolution que l’on attendait est arrivée, le réenchantement du territoire » (éd. de l’Aube, 2021). Loin du retour au monde d’avant, il estime que les crises comme le Covid-19 sont des accélérateurs de tendances et des moments de changements profonds.

« On sort d’une période de maladie collective, même pour ceux qui n’ont pas eu le virus. Cinq milliards d’humains ont gâché quasiment deux ans de leur vie pour sauver une partie d’entre eux. C’est un événement mondial qui va marquer l’histoire de l’humanité, souligne le sociologue. Il nous faut anticiper que, comme après chaque immense tragédie, cette pandémie va induire une forte rupture, d’abord culturelle, qui va accélérer des tendances déjà présentes, et en révéler d’autres, dont nous n’avons même pas encore idée. »

Du nombre de divorces (1,5 million) au pourcentage de salariés en télétravail (50 %) en passant par les Français qui ont déménagé (2,5 millions), le Covid-19 a mis la société face à une vague de changements de lieu de vie, de partenaire, de boulot…

Des bouleversements ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Jean Viard : « La France est entrée dans un nouveau modèle spatial »

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

04/08/2021 11h15

Je trouve les propos de M. Viard un peu trop optimistes…

Comme dans toute famille, tout le monde ne pense pas de manière identique. C’est également le cas dans la mienne.
Je donnerai donc un exemple clair: certains sont favorables aux centrales nucléaires, d’autres non. Par contre tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut changer notre système pour répondre aux exigences du changement climatique. Mais quand on arrive aux exigences que cela impose à chacun de nous, l’atteinte de l’objectif s’éloigne.

Ainsi, si certains ne veulent pas entendre qu’il faut poursuivre l’utilisation de l’énergie nucléaire, ces derniers ne sont pas d’accord pour réduire leur consommation énergétique. Or quand on rappelle que même en couvrant le territoire d’éolienne cela ne suffirait pas pour remplacer le nucléaire, ces derniers rejettent également cette source d’énergie qui n’est pas « écologique » à leurs yeux.

En un mot tout le monde est d’accord pour le changement… mais pour les autres!

Si certains ne sont pas convaincus par mes propos, je les inviterai à regarder les déchets jetés par les automobilistes dans les fossés des bords de route qui ont un coût à la fois économique important et également écologique. Je suis même certain que parmi ceux qui ont ce geste indélicat, on trouvera des personnes trouvant les prélèvements de toute nature excessifs.
Or, ne peut-on pas imaginer par par ces rejets ils participent à l’augmentation des prélèvements?

fred

06/08/2021 09h50

Propos un peu hors sol… sans vouloir remettre en cause une idée ou un envie générale.
Il faudrait un peu plus étudier la France « d’en bas » , la France « normale » et pas seulement celle des ménages aisés aux revenus supérieurs.
En terme de démocratie local, M. Viard oublie un peu vite l’attachement des français à leur commune et à l’élection du maire. La région est le niveau le moins apprécié et plébiscité par les français….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement