logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/757165/histologe-une-application-pour-signaler-des-difficultes-de-logement/

PRIX TERRITORIAUX GAZETTE DES COMMUNES/GMF
Histologe, une application pour signaler des difficultés de logement
La Rédaction | | Publié le 20/07/2021

En incitant les locataires mal logés à se lancer dans une démarche de signalement, la plateforme Histologe favorise la détection des situations jusque-là inconnues des services de l’habitat.

maison

[LAURÉAT DU PRIX SOCIETAIRES GMF] Confrontés à des difficultés de logement (insalubrité, humidité, bruit…), les usagers se découragent souvent face aux démarches à entreprendre : intervenants locaux ou nationaux multiples, complexité et durée des procédures, isolement de certaines familles, barrière de la langue… La seule solution qu’ils envisagent est alors de changer de logement.

Par ailleurs, il est indispensable à la collectivité d’être informée pour pouvoir distinguer le simple manque de confort des problèmes d’insalubrité, susceptibles d’impacter la santé physique et financière des occupants, et qui nécessitent une intervention urgente.
En juillet 2020, Chouaïb Nounès et Alban Sestiaa ont créé Histologe, une plateforme informatique et une application destinée à faciliter le signalement de ces problèmes. Qu’il soit dans le parc public ou privé, il suffit à l’usager de se connecter sur smartphone ou tablette pour décrire sa situation en termes simples.

Après une éventuelle demande de complément d’information, voire une visite à distance, les signalements sont transmis aux organismes en charge du logement, partenaires de l’agglomération, avec une demande de prise en charge. Car c’est une autre vertu d’Histologe que de coordonner les actions des différents organismes du logement, habitués la plupart du temps à travailler seuls.

ET AUJOURD’HUI ?

« La plateforme permet d’alerter plus vite les services capables d’agir en fonction de ce qui est noté dans le dossier, et les échanges entre intervenants sont plus rapides car ils partagent des informations structurées et non de simples fichiers pdf », explique Alban Sestiaa, co-directeur d’Histologe et responsable de la conception technique du projet.

Cinq mois après sa création, l’application avait reçu 150 signalements dont plus de la moitié ont déjà pu être pris en charge ou résolus.

« Nous avons détecté des problèmes qui n’avaient jamais été identifiés et accéléré leur prise en charge », se félicitent Alban Sestiaa et Chouaib Nounès.

« Effectuer un signalement sans rencontre physique permet à certaines personnes qui n’en ont pas le courage de franchir le pas », complète Christelle Bonnemason-Carrère, adjointe en charge de la transition énergétique et du soutien à l’innovation à la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (31 communes, 162 000 habitants).

« De plus, nous avons un très bon lien avec les bailleurs sociaux pour trouver des solutions rapidement dans des cas très urgents ».

Le dispositif offre également une traçabilité du logement dans le temps ; il pourrait permettre à l’agglomération d’assurer un contrôle technique des logements en location, semblable au « permis de louer » national par lequel le propriétaire s’engage à louer un bien décent et en bon état. Au départ simple expérimentation de six mois, la démarche a été reconduite et prend une ampleur nationale (cf. encadré).

Prochainement, les agents des services sociaux pourront signaler directement les cas difficiles et l’application sera aussi adaptée aux propriétaires. Une réflexion sur la création d’une grille nationale unique de diagnostic (habitabilité) et d’un label est également en cours.

 

Start-up de territoire

Le projet a bénéficié d’un coaching de Beta- Gouv entre septembre et décembre 2020. Sélectionné pour devenir une start-up de territoire au sein de l’incubateur de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), Histologe a lancé en novembre, en partenariat avec l’Agence, un appel à manifestation d’intérêt pour tester la plateforme sur d’autres territoires, en vue de son éventuelle généralisation. Une douzaine de collectivités souhaiteraient déjà répliquer le dispositif.

 

Au sujet du projet :

  • LANCEMENT : février 2020 / PUBLIC : grand public
  • PARTENAIRES : direction de l’innovation, ANCT, direction interministérielle du numérique (Dinum), Adil,
    Haut conseil de la santé publique, Anil, ARS, Unis…
  • BUDGET : le financement — communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (17 000 euros) et Agence
    nationale de la cohésion des territoires (35 000 euros) — a été dépensé seulement en partie ; 2 ETP
  • CONTACTS : Alban Sestiaa, ingénieur informatique, responsable technique : a.sestiaa@agglo-pau.fr [1]
    Chouaib Nounès, ingénieur habitat : c.nounes@agglo-pau.fr [2]