Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Santé publique

Revoir les politiques du logement à l’aune de la santé publique

Publié le 15/07/2021 • Par Géraldine Langlois • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France

sante-logement-centre
sharaku1216 / AdobeStock
Synonyme de meilleure santé pour ceux qui n'en ont pas, le logement peut aussi altérer la santé de ses occupants. Une session des rencontres de Santé publique France, organisées tout récemment s'est penché sur ce déterminant de santé encore insuffisamment pris en compte.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le fait que le logement, la manière dont on l’habite et l’environnement dans lequel il se trouve constituent des déterminants de santé n’est plus à démontrer, mais le cloisonnement des politiques sanitaires, sociales et du logement complique les approches. Un scénario réalisé dans le cadre de la démarche « Rénovons » a établi que « si on résorbait toutes les passoires énergétiques, on ferait plus d’un milliard d’euros d’économies en soins chaque année », a souligné Manuel Domergue, directeur des études à la Fondation Abbé Pierre, lors des rencontres de Santé publique France.

Aussi, on estime à plus de 28 000 les cas de pathologies qui peuvent être imputées à la qualité de l’air intérieur chaque année, a rappelé Marion Hulin, épidémiologiste à Santé publique France. Les logements, où l’on passe environ 80% de son temps (quand on en a un), « sont six à huit fois plus pollués que l’air extérieur », a-t-elle rappelé.
La campagne nationale logement 2, qui doit bientôt démarrer, va examiner la présence de 170 polluants dans l’air intérieur de 600 logements. Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a de son côté élaboré et mis en ligne ce printemps le Domiscore, un outil destiné à caractériser tous types d’habitat en termes d’impact négatif, mais aussi positif sur la santé à partir de 48 critères, a expliqué Didier Febvrel, médecin de santé publique et membre du HCSP.

Domiscore

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Revoir les politiques du logement à l’aune de la santé publique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement