Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Marché de la dette

Le crédit municipal de Bordeaux veut sortir de la tourmente

Publié le 01/07/2021 • Par Hélène Lerivrain • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Régions

Cathédrale Saint-André à Bordeaux, chabe01, CC BY SA 4.0 via Wikimedia
Cathédrale Saint-André à Bordeaux, chabe01, CC BY SA 4.0 via Wikimedia D.R.
Après la condamnation début juin du crédit municipal de Bordeaux à un blâme et à 120 000 euros d’amende par le gendarme des banques, la nouvelle municipalité, actionnaire à 100 %, entend pleinement rendre à l’établissement sa vocation sociale. Après la mise en place en urgence d’actions correctives, elle se veut rassurante sur sa pérennité.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

« Le crédit municipal de Bordeaux a payé un lourd tribu en terme d’image et d’un point de vue financier mais sa pérennité n’est pas en jeu », réagit Claudine Bichet, adjointe au maire de Bordeaux en charge des finances, suite à la condamnation de l’établissement par le gendarme des banques.

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a prononcé, début juin, un blâme et une amende de 120 000 euros à son encontre, pointant du doigt « une diversification qui l’a exposé à des risques importants, alors même que sa gouvernance, ses procédures et ses dispositifs de contrôle souffraient de graves carences. » En cause ? La commercialisation, à partir de 2017, sous l’ancienne majorité, de nouveaux produits particulièrement risqués, tels que les prêts sur gage de haute ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le crédit municipal de Bordeaux veut sortir de la tourmente

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement