Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Emploi

Une période propice pour déjouer la crise des vocations

Publié le 07/07/2021 • Par Julie Krassovsky • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Le recrutement passe par un entretien
Pressmaster / Adobestock
L’utilité sociale de la fonction publique mise au grand jour par la crise sanitaire, couplée à une stratégie de recrutement plus offensive, pourrait bien renouveler l’attrait pour la territoriale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En décembre, en plein deuxième confinement, la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) dressait ce constat dans son rapport annuel : il y a peu de candidats à la fonction publique. Le nombre de ceux présents aux concours organisés par les centres de gestion a chuté de près de 33 % entre 2014 et 2017. De quoi laisser craindre une plus grande désertion après la crise, durant laquelle les fonctionnaires étaient au front. L’an passé, c’est le report du calendrier des examens pour respecter les mesures sanitaires qui a eu raison de leur présence. L’Institut national des études territoriales (Inet) avait, de son côté, enquêté sur les raisons des absences aux concours d’administrateurs territoriaux. Car 700 étaient admis pour les passer mais seulement 320 se sont présentés, contre 600 admis et 400 présents l’année précédente. Les causes ? sentiment d’impréparation, surcharge de travail liée à l’activité professionnelle, raisons médicales…

L’envie d’un impact direct et local

« La porte d’entrée de la FPT est restée ouverte et beaucoup l’ont franchie. Il n’y a pas eu de rupture ni de ralentissement. Et les jurys n’ont pas été moins exigeants », nous confiait Franck Périnet, directeur de l’Inet, en octobre. L’envie de rejoindre la territoriale n’aurait donc pas été entachée par cette période difficile. Autre signe positif : l’étude menée par la start-up Profil public entre mai et octobre 2020 auprès de 642 étudiants sur les effets de la crise sanitaire est encourageante pour la suite. Elle révèle que 71 % des répondants se ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Régions

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une période propice pour déjouer la crise des vocations

Votre e-mail ne sera pas publié

Choucas

07/07/2021 03h18

Mme CHATEL apporte une parfaite analyse sur la situation, hélas cette génération d’agents contractuels que l’on souhaite voir de plus en plus alignée sur le « privé »; fait disparaitre les valeurs et relations humaines qui traduisaient au travers des missions; une conscience professionnelle, un travail reconnu et une évolution par l’exercice de compétences dans une globalité.
Aujourd’hui l’ascenseur social et la reconnaissance s’obtiennent en marchant sur la tête des collègues qui du fait de ce type de relations moins « solidaires », incitent à moins de scrupules et plus de distances.
Nous sommes dans une ère de compétition ou les mauvais coups sont surtout permis, omettant même parfois la légalité et le règlementaire.
L’incidence porte directement sur l’attribution de responsabilités à des personnels en manque de culture territoriale, de connaissances parfois et surtout d’expérience, mais bardé de diplôme sans jamais avoir même dépassé le stade d’emploi d’un simple stage durant la formation.
Un jeune en formation de Master, souhaitait hier au terme de sa formation, « faire du management » ! avec comme seule expérience un stage à l’accueil d’un hôtel ! Sur quelle expérience du travail et de la vie va t-il s’appuyer pour manager des personnels?
Ainsi, les services se retrouvent très rapidement confrontés à une altération du contexte social, à l’origine de conflits, et par un sentiment de découragement qui catalyse l’absentéisme, les mutations, et les remplacements qui ne pourront être satisfaits par des recrutements n’aboutissant plus faite de candidats… Bilan: perte des valeurs et repères, de la motivation, des compétences et de la qualité de service. Il est venu le temps d’une profonde remise en cause si l’on veut pouvoir encore compter sur des valeurs fondamentales en RH

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement