Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politiques publiques

Les mairies vertes sont-elles vraiment écolos ?

Publié le 02/07/2021 • Par Olivier Descamps • dans : A la une, France

Le vert en ville
Shark749 / Adobestock
Pas de révolution dans les communes tombées dans l’escarcelle des écologistes en 2020. Si le démarrage a été poussif, les élus cherchent à marquer leur différence en faisant en sorte que l’environnement ne soit plus un faire-valoir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Quelle que soit la couleur politique des élus, cette année post-municipales n’aura pas été comme les autres. « Avec la pandémie, la plupart des villes ont accumulé du retard dans leurs engagements », constate Zoé Lavocat, responsable « climat et territoires » du Réseau action climat. Marquée par l’élection surprise de maires écologistes à Bordeaux, Tours, Annecy, Besançon et Pointe-à-Pitre, la vague verte n’aura toutefois pas tout emporté sur son passage.

Et d’aucuns en viennent même à se demander si un principe de réalité ne s’est pas abattu sur leurs programmes. Quelques décisions symboliques ont été prises, comme à Strasbourg où, au lendemain de son élection, Jeanne Barseghian a déclaré l’urgence climatique. Ou comme à la métropole de Lyon (59 communes, 1,4 million d’hab.), où le nouvel exécutif a voté un retour en régie d’ici à 2023 de la gestion de l’eau aujourd’hui confiée à Veolia. Mais, à Marseille, l’éphémère édile Michèle Rubirola a cédé la place à Benoît Payan (PS). Et dans le 12e arrondissement de Paris, la maire, Emmanuelle Pierre-Marie (EELV), est déjà accusée de laisser proliférer des projets immobiliers considérés par des associations de riverains comme bien trop denses.

Des difficultés à faire bouger les lignes

Gare à ne pas noircir le tableau car, dans les villes vertes comme dans les autres, les nouveaux élus ont besoin de temps. « Quelques-uns ont indéniablement été surpris d’arriver aux manettes, constate un acteur qui a l’habitude de travailler avec les communes. Ces élus étaient prêts pour les ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les mairies vertes sont-elles vraiment écolos ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement