Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Travail social

« Oubliés du Ségur » : une expression inadéquate pour Olivier Véran

Publié le 24/06/2021 • Par Isabelle Raynaud • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social, France

VERAN-OLIVIER
Aurelien Morissard / IP3
Interrogé par les sénateurs lors d'une audition le 23 juin, le ministre des Solidarités et de la santé a assuré "qu’on ne peut pas taxer le Ségur d’avoir laissé de côté des gens".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La commission des affaires sociales du Sénat auditionnait le ministre des Solidarités et de la santé, le 23 juin, pour tirer un bilan du Ségur de la Santé. Des sénateurs ont ainsi interrogé Olivier Véran sur les « oubliés du Ségur », ces travailleurs de la première ligne, dont font partie les travailleurs sociaux, qui n’ont pas bénéficié des revalorisation salariales.

La sénatrice (PS) de Loire-Atlantique, Michelle Meunier, lui a ainsi exposé le cas d’un établissement « public qui gère du médicosocial, enfant et adulte, qui va avoir trois profils de salariés différents, selon qu’ils soient personnels soignants, personnels administratifs, aides-soignants… »

Esprit originel

L’élue a donc demandé de la clarté au ministre pour pouvoir définir plus précisément les « oubliés du Ségur ». Un terme qu’Olivier Véran ne trouve pas adéquat. Pour le prouver, il a rappelé les objectifs du Ségur.

« L’esprit du Ségur de la santé, initial [le ministre a appuyé ces deux derniers mots], c’était, en sortie de crise Covid, de pouvoir répondre à des revendications de soignants à l’hôpital. » La première vague de la pandémie suivait, en effet, des mois de revendications des personnels hospitaliers – notamment des services d’urgence – pour des revalorisations salariales. 300 euros mensuels étaient notamment réclamés.

« Au cours du Ségur, il a été arrêté dans un accord majoritaire, qu’au-delà même des soignants, c’est-à-dire les infirmières, les aides-soignants… tout le monde toucherait une revalorisation. Y compris le cantinier, le personnel administratif, etc., 1,5 million de personnes ! » s’est félicité le ministre. Qui ajoute que la somme demandée a même été largement dépassée pour certains métiers dont les augmentations sont de 500 euros, « voire 600 ».

« Effet reconventionnel »

Mais, au-delà des personnels soignants des hôpitaux et des Ehpad, le gouvernement a fait face à des « effets reconventionnels », a expliqué le ministre aux sénateurs. « Vous avez des gens qui disent : “Mais moi, je fais le même métier mais dans un autre secteur, affecté à l’hôpital public, et je ne touche pas la revalorisation.” Acte 1 de la mission “Laforcade”, on les a inclus. » De même pour les salariés du secteur privé non lucratif, qui ont bénéficié de l’ « acte 2 de la mission “Laforcade” », selon le ministre. Mais pour les autres ?

« On ne parle plus du tout, fin 2021, de ce dont on parlait à l’été 2020. On n’est plus dans le Ségur de la santé pour revaloriser des infirmiers à l’hôpital, on est allé dans un secteur beaucoup plus large qui peut potentiellement arriver à 4 millions, 5 millions de personnes. Et derrière, vous aurez un effet reconventionnel », a insisté Olivier Véran. « Je comprends ces revendications, je dis juste qu’on ne peut pas taxer le Ségur d’avoir laissé de côté des gens alors qu’il a englobé beaucoup plus de personnes que ce qui était prévu initialement », a-t-il conclu.

Sans le dire, le ministre a donc fermé la porte aux secteurs non sanitaires. Une mauvaise nouvelle pour les travailleurs sociaux.

Le Club Santé Social rejoint la galaxie des Clubs métiers de la Gazette. Découvrez ses articles en vous inscrivant à l’offre découverte, gratuite pendant 30 jours !
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Oubliés du Ségur » : une expression inadéquate pour Olivier Véran

Votre e-mail ne sera pas publié

Manu63

25/06/2021 01h23

Du coup les aide soignante en ssiad (service de soins infirmier à domicile) on est donc des aides soignantes au rabais…. Dans le milieu du handicap aussi… Il vera par lui même les gens quittez ses services. Dommage pour avoir voulus soutenir le maintien à domicile de rabaisser leurs personnel. Déjà que nos contrats son à mi temps, rare à 100%, des horaires en coupé. Décidément le gouvernement devrait descendre du trône parfois…

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement