Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « La résilience des territoires est une funeste chimère » – Thierry Ribault, chercheur au CNRS

[Entretien] Gestion de crise

« La résilience des territoires est une funeste chimère » – Thierry Ribault, chercheur au CNRS

Publié le 28/06/2021 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

thierry rubault
patricia marais
Résilience des habitants, des politiques publiques, des territoires… Rien de plus trompeur, selon Thierry Ribault, chercheur en sciences sociales au CNRS.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Résilience des habitants, des politiques publiques, des territoires… La crise écologique puis la crise sanitaire et ses réflexions sur le « monde d’après » ont porté aux nues des collectivités plus « résilientes », capables d’absorber le choc, d’en sortir par le haut, de dépasser le traumatisme pour prendre un nouveau départ. Rien de plus trompeur, selon Thierry Ribault, chercheur en sciences sociales au CNRS, pour qui la résilience est une « funeste chimère », un mode de « gouvernement par la peur de la peur » qui confisque le consentement des populations. Elle oblige, à son avis, à « vivre avec » des conséquences et des dégâts provoqués par les crises au lieu de s’interroger en amont pour agir sur les causes.

Un constat qui s’inscrit dans le prolongement de ses travaux sur le Japon, où il a vécu et travaillé pendant quatorze ans, et assisté depuis Kyoto à la catastrophe de Fukushima, en 2011. Il a alors accueilli des réfugiés fuyant la radioactivité et rédigé, avec sa conjointe Nadine Ribault, des chroniques pour la presse française, puis un ouvrage, « Les Sanctuaires de l’abîme : chronique du désastre de Fukushima » (éd. de L’Encyclopédie des nuisances, 2012). Il y dénonçait la ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La résilience des territoires est une funeste chimère » – Thierry Ribault, chercheur au CNRS

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement