Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Domaine public

La guerre des terrasses n’aura pas lieu

Publié le 24/06/2021 • Par Sophie Le Renard • dans : France

café restaurant terrasse pluie paris ville urbain manger boire sortir amis seul chaise table météo automne
Shocky /Stock.adobe.com
Afin de limiter les tensions avec les habitants, les élus encadrent la multiplication des terrasses installées par les bars et restaurants.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Une terrasse en bois entièrement démontée, dont les fagots ont été retrouvés un peu plus loin dans un quartier central de Paris, d’autres vandalisées, mais aussi des plaintes récurrentes, vidéos à l’appui, de riverains excédés par le bruit généré sur ces extensions d’un nouveau genre. Les exemples de tension se multiplient dans les villes après l’aménagement de terrasses de bars et de restaurants sur le domaine public.

L’an dernier, les restaurateurs avaient pu, sur simple déclaration, aménager des espaces extérieurs semi-privatifs, en complément des terrasses régulières. C’est ainsi que dans les rues ont fleuri des installations hybrides, souvent en bois, disposées sur des places de stationnement. A Paris (2,18 millions d’hab.), on en a compté 9 000. Le déploiement de ces aménagements décorés, végétalisés et colorés a donné lieu à beaucoup de créativité, tendance « do it yourself ».

Une commission spéciale

Cette année, la pandémie étant encore d’actualité, ces terrasses s’ancrent dans le paysage des centres-villes et les communes se sont organisées pour limiter les effets négatifs qu’elles peuvent produire. Chaque implantation est ainsi soumise à une autorisation d’occupation.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La guerre des terrasses n’aura pas lieu

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement