Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Innovation

Après la smart city, place à la ville sobre

Publié le 21/06/2021 • Par Olivier Descamps • dans : France

aménagement smart city
adobe stock
Au nom de l'efficacité et de la modernité, la fuite en avant technologique n'est pas sans poser problème, à commencer par une trop grande consommation des ressources de la planète. Et une perte de sens de certains investissements. Loin de la smart city, les adeptes des "low tech" veulent penser la ville avec discernement, sobriété, en réinterrogeant ses besoins avec des solutions moins technologiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Quand le numérique passe au vert

Sobriété. Efficacité. Energies et matériaux renouvelables. Le triptyque des scénarios de transition, popularisé par l’association négaWatt, fait plutôt consensus désormais. Ce sont bien trois pistes qu’il faut suivre en même temps si l’on veut apprendre à maîtriser les limites physiques de la planète.

Dans les faits, il est indéniable, pour autant, que le premier de ces piliers a bien du mal à se matérialiser dans le quotidien des Français comme dans les politiques publiques. C’est même tout le contraire. « Notre société fait la fête depuis des décennies, une fête qui a généré une consommation de ressources hallucinante, inversement proportionnelle à notre sens des responsabilités », constate le collapsologue Pablo Servigne, signataire de l’introduction du recueil intitulé « Le Choix des sobriétés » (éditions de l’Atelier, février 2021).

Une définition qui fait débat

Dans ce même ouvrage, l’ex-commissaire au Plan, Jean-Baptiste de Foucauld, souligne que

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Après la smart city, place à la ville sobre

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement