Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

ENA, catégorie C : la territoriale juge la réforme de la formation

Publié le 18/06/2021 • Par Claire Boulland • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

formation-professionnelle
morganimation / AdobeStock
La fonction publique aurait du pain sur la planche pour redorer son image… Un moyen : la formation. Deux ordonnances parues au printemps fixent le cap. Restent les décrets à rédiger. Un exercice acrobatique, à un an de l’élection présidentielle.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est la promesse d’un grand chamboulement pour le bien commun. En s’attaquant aux formations des hauts fonctionnaires d’une part (1), des agents peu qualifiés d’autre part (2), Emmanuel Macron concrétise son plan de rendre la fonction publique « plus performante », « en phase avec les attentes des usagers ». Qu’elle leur ressemble. L’objectif gouvernemental est de préserver le « niveau d’excellence » et qu’elle joue réellement son « rôle d’ascenseur social ». Des formulations tout droit sorties du rapport de présentation de l’ordonnance du 2 juin sur l’encadrement supérieur de la fonction publique de l’Etat.

La transformation de l’ENA en un INSP est la première mesure qui a fait grand bruit. Ce terme de « transformation », plutôt que « suppression », le gouvernement y tient, et les énarques s’y accrochent. L’établissement assurera la formation initiale et continue du futur corps des administrateurs de l’Etat, des magistrats et d’autres corps de fonctionnaires susceptibles d’exercer des fonctions d’encadrement supérieur dans la fonction publique de l’Etat. Pour l’heure, seuls les administrateurs territoriaux sont cités pour y suivre des cursus.

Besoin de garanties

L’INSP coordonnera l’élaboration et assurera le suivi des programmes, ainsi que l’action des services et organismes de formation afin de « renforcer la culture commune de l’action publique ». C’est en janvier 2022 que sera mis en place le « tronc commun » d’enseignements aux écoles de services publics sur les valeurs de la République, la transition écologique, la transition numérique, les enjeux de pauvreté… ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

ENA, catégorie C : la territoriale juge la réforme de la formation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement