Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Tranquillité publique

Livraisons de repas : ces maires qui déclarent la guerre aux scooters

Publié le 14/06/2021 • Par Nathalie Arensonas • dans : Actu experts prévention sécurité, actus experts technique, France

Fast and free delivery food by scooter in the afternoon in the c
Goffkein/Stock.adobe.com
La crise sanitaire a entraîné une explosion des livraisons de repas à domicile. La multiplication de ces courses, et de leurs nuisances, incite des maires à réagir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis la crise sanitaire, la fermeture des restaurants et le télétravail ont dopé les livraisons de repas à domicile, notamment dans les grandes villes. A vélo, à scooter et même depuis peu en voiture, l’armée de coursiers des plateformes de mise en relation (Deliveroo, Uber Eats, Just Eat, etc.) n’a fait que grossir. Avec sa cohorte de nuisances : bruit, pollution, stationnement sauvage, non-respect du code de la rue et de la route.

Selon une étude de l’institut Nielsen, la part des Français qui ont recours aux applications de livraison de repas a doublé pendant le premier confinement, passant de 6 % avant la pandémie de Covid-19 à 12 %. Pour se stabiliser à 10 % à la rentrée 2020.

Le plus vite possible

Au deuxième confinement, en vigueur depuis l’automne 2020, les livreurs, payés à la tâche, ont repris du service de plus belle, sacs isothermes sur le porte-bagages pour livrer le plus de repas possible, le plus vite possible. Si une partie d’entre eux sillonne les villes à vélo, plats chauds dans le sac à dos, une autre circule à scooter « et même en voiture », constate Sébastien Cote, adjoint au maire (PS) de Montpellier.

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Livraisons de repas : ces maires qui déclarent la guerre aux scooters

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement