Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • La fonction publique territoriale tend vers plus d’individualisation dans la gestion des carrières

Management

La fonction publique territoriale tend vers plus d’individualisation dans la gestion des carrières

Publié le 09/09/2011 • Par Agathe Vovard • dans : A la une, A la une emploi, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Silhouette dans la foule
Getty Images
L'édition 2011 du baromètre ressources humaines des collectivités du spécialiste du recrutement Randstad conclut à une augmentation du nombre de collectivités qui optent pour l'individualisation de la gestion des carrières des agents.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ainsi, 42 % des collectivités interrogées ont mis en place une prime individuelle liée aux résultats, soit 13 % de plus qu’en 2010.

Elles sont aussi 64 % à avoir instauré un dispositif d’évaluation (contre 61 % en 2010). Un phénomène qui concerne surtout les plus grosses collectivités bien sûr : les communes de plus de 50 000 habitants sont deux fois plus nombreuses que celles de moins de 5 000 à avoir mis en place un tel dispositif.
Et le nombre de collectivités qui ne souhaitent pas opter pour un tel choix est passé de 10 % en 2010 à 5 % en 2011.

Intérim – Interrogés sur le recrutement lui-même, les professionnels des ressources humaines s’expriment aussi sur l’intérim – sujet sur lequel Randstad est particulièrement attentif puisqu’il peut depuis 2009, avec les autres entreprises privées du secteur, aider les collectivités dans ce domaine.
A l’heure où le Parlement va bientôt examiner un projet de loi qui vise à diminuer les situations de précarité dans la fonction publique, 25 % pensent « certainement » ou « probablement » recourir à ce mode de recrutement.

Plus globalement, les RH citent par ailleurs comme freins rencontrés dans leur activité de recrutement le manque de candidatures reçues pour certains postes (28 %), la faiblesse des rémunérations proposées par le service public (22 %) et les restrictions budgétaires (20 %).
Et pour attirer les candidats, ils mettent surtout en avant l’intérêt des métiers, le niveau des responsabilités et la vocation du service public (à l’inverse, en queue de peloton, arrivent l’importance du statut, la sécurité de l’emploi et… la rémunération).

30 % estiment que leurs effectifs vont augmenter en 2012 – Alors que l’édition 2010 de cette étude faisait état d’une prévision de stabilisation des effectifs et malgré le contexte économique, les collectivités sont enfin 30 % à estimer que leurs effectifs vont augmenter en 2012.
Il faut dire qu’il faut remplacer les nombreux départs en retraite, comme le souligne le sondage. Autre explication selon Randstad : les besoins spécifiques en informatique et en finances notamment.

L’étude a été réalisée auprès de 244 professionnels des RH.

7 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La fonction publique territoriale tend vers plus d’individualisation dans la gestion des carrières

Votre e-mail ne sera pas publié

ugottale

10/09/2011 12h08

si les COLLECTIVITES TERRITORIALES ne s’inventaient pas des missions non prévues par la loi , les effectifs pourraient diminuer, y compris en cadres « A » et « B »,
quant aux « C », la plupart devraient être transférés au privé à la satisfaction des intéressés, la vocation des CL n’étant pas de gérer les tâches d’ exécution, ni d’être l’entreprise la plus nombreuse de leur territoire, ni d’ être un service social du balayage !
Les CL doivent prévoir l’avenir en urbanisme, en infrastructures et en superstructures, mais faire faire par des entreprises les différentes prestations de service, plutôt que de les faire elle-mêmes, en achetant du matériel qui ne sert pas toute l’année, ou qui crée les besoins !

babilone

12/09/2011 10h57

Ugottale,
Votre message semble du bon sens et pourtant ! Il est courant que des communes qui ont privatisé un service revienne en arrière … pourquoi ? Parce que l’entreprise privée a avant tout le souci de faire de la marge et pas de rendre le meilleur service à la population. Cela s’est vu clairement dans les délégations de service public pour le service de l’eau ou les retour en arrière sont nombreux.
Un exemple plus terre à terre : la femme de ménage dans les écoles, en système privé, elle nettoie point, souvent en statutaire elle se soucie plus globalement des choses : informe les services techniques des petites choses à réparer, ses supérieurs des problèmes récurrents dont elle entend parler autour d’elle même si cela n’a rien à voir avec le ménage, remplace spontanément sa collègue absente sans attendre un ordre, etc.
Il faut se garder de position idéologique et voir service par service la meilleure solution économique et au point de vue de la qualité du service rendu.

ALIMAS

10/09/2011 05h51

(09A343A01). PERSONNELLEMENT, JE SUIS POUR LA SUPPRESSION DU STATUT DE FONCTIONNAIRE POUR TOUTES LES ACTIVITÉS PUBLIQUES AUTRES QUE RÉGALIENNES. L’individualisation des carrières privées est aujourd’hui plus qu’hier confrontée à la capacité d’emplois du marché du travail et au (TAO): Travail Assisté par Ordinateur. Dans la fonction publique, l’emploi et l’individualisation des carrières sont garanties par les statuts publics. À partir d’un seuil de référence professionnelle de départ, les évolutions de carrières individuelles devraient avoir des critères d’efficacité, de mérite et de performances ; on ne court pas un 100 mètres à 40 ans comme on le courait à 20 ans …! Nous allons de plus en plus confier notre passé, notre présent et notre avenir aux robots pilotés par les ordinateurs. Actuellement se développe l’idée d’auto entrepreneur. Il faut engager les jeunes et les moins jeunes dans cette voix. Je suis convaincu que dans le futur, la moitié du monde travaillera pour l’autre moitié.

(09A343A02). EXPÉRIENCE, ROUTINE : L’EXPÉRIENCE NE DOIT PAS ÊTRE CONFONDUE AVEC LA ROUTINE. L’expérience est l’acquisition de savoir, de faire et de savoir-faire et refaire renouvelés, pour savoir être, savoir vivre et faire savoir tout au long de notre existence. L’expérience doit être évaluée, confrontée, consolidée pour s’assurer des capacités, ressources et aptitudes réelles ou différées (financières, matérielles, temporelles, physiques, manuelles, intellectuelles, naturelles et culturelles) à faire savoir et savoir transmettre. Quarante ans de compétences et d’expériences renouvelées ne sont pas comparables à quarante ans de routines sans formation à bien faire peut-être, mais à ne pas progresser, sûrement ! Le monde change très vite ; bien faire son travail ne suffit plus. Il est économiquement, socialement et financièrement parlant, de notre intérêt pour tous de changer notre façon de penser.

(09A343A03). AUJOURD’HUI, L’EMPLOI INDIVIDUEL DES ANCIENS EST SOUVENT CONFRONTÉ AU DÉCLASSEMENT ET AU RECLASSEMENT. L’innovation, la diversité, les besoins sont tels que le temps d’apprendre et comprendre une chose, l’expérience est déjà chevauchée voire dépassée par la prochaine. La routine est le cancer du progrès. Bon nombre d’employeurs et de travailleurs privés et publics confondent expérience et routine. Une vie qui passe sans que rien de nouveau ne s’y fasse ou ne s’y trace, est une existence finie avant d’avoir fini de vivre ! Il est fondamental d’anticiper, de se diversifier, de se renouveler, de former et de se former, de classer et de se reclasser, d’acquérir en permanence les techniques, technologies et méthodologies nouvelles, pendant les phases de pleine activité, de croissance, tout au long de la vie active et surtout AVANT d’envisager le chômage ou la mise en retraite anticipée.

andre5

11/09/2011 01h36

alimas devrait travailler en chine chez un sous traitant, cela nous épargnerait au moins les commentaires répétitifs.

Alcide

12/09/2011 09h20

Il est curieux de constater que les commentaires ne concernent pas le sujet évoqué. Quand on veut essayer de faire maladroitement passer un message… tous est bon pour parvenir à ses fins.

loffredo

12/09/2011 11h28

primes de performance! évalution ! le SP copie le management du privé (cf France Télécom!!) en se jouant du statut.
bonjour les dégâts dits « collatéraux »!

Hybergnate

13/09/2011 12h01

Cela me rappelle un essai de ma collectivité : ils ont essayé de passer par une entreprise privée pour faire les vitres. Succès garanti : ils ont réussi à passer moins de 10 secondes par fenêtre. Et pour cause ! ils ont fait pschitt pschitt et c’est tout. Résultat : des traces de coulures partout jamais essuyées, pire après qu’avant…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement