Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cadre de vie

Ces petites villes qui attirent des populations nouvelles

Publié le 14/06/2021 • Par Mathilde Elie • dans : A la une, France

Outstanding Idea Concept. Glowing Bulb Between Unlit Blue Bulbs Minimal.
©natanaelginting - stock.adobe.com
Opportunistes ou prévues de longue date, les stratégies menées par les petites et moyennes villes pour tenter d’appâter les citadins lassés de la vie dans les métropoles ont reçu un vrai coup d’accélérateur dans le contexte de crise sanitaire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Ces territoires en déclin qui ne se résignent pas

«Déconfinez-vous pour toujours à ­Mazamet », « Manque de place, besoin d’espace », défi « Je quitte Paris »… Ces derniers mois, les couloirs du métro parisien affichaient les couleurs du ­Tarn, de la ­Vendée ou du ­Gard. Plusieurs villes ont en effet décidé de surfer sur la vague du déconfinement et du ras-le-bol de la vie dans les grandes métropoles pour lancer des campagnes de communication ciblées. Objectif : attirer de nouvelles populations recherchant un cadre de vie plus proche de la nature et de logements plus grands. En ligne de mire, les actifs en quête de mobilité.

C’est le cas de ­Mazamet, qui joue la carte de la ville à taille idéale (lire encadré). « Pendant les deux mois de confinement dur, on a beaucoup parlé du manque d’espace, de la difficulté à vivre dans les grandes villes, explique le maire [DVD], ­Olivier ­Fabre. Le message que l’on délivre est que nous avons un certain nombre de maisons de ville charmantes, aux beaux volumes et avec des jardins, pour le prix d’un T2 à Toulouse ou d’une studette à Paris. Mais aussi des postes à pourvoir, notamment dans le secteur de l’industrie et de l’aide à la personne. » Pour savoir si cela a fonctionné, il se réfère aux chiffres de l’immobilier. Il y aurait eu 277 déclarations d’intention d’aliéner depuis le 1er avril 2020. Et depuis juin, « un tsunami de demandes ». Les arrivants seraient des retraités. Après une première campagne très relayée aux niveaux régional et national, l’élu en envisage une seconde et espère, cette fois, attirer des jeunes et des familles.

Une autre commune a voulu profiter de la crise pour tirer son épingle du jeu : Alès (40 800 hab., Gard). Avec son défi « Je quitte Paris », lancé en janvier, la capitale des ­Cévennes a ciblé directement les Parisiens. « Notre site montre 22 000 pages consultées et 17 000 visites, dont 30 % depuis Paris, se félicite ­Christophe ­Rivenq, président d’Alès agglomération [72 communes, 129 900 hab.]. Il y a une quinzaine d’années, les jeunes ­voulaient tous quitter Alès pour Paris, ­Marseille ou ­Montpellier. Aujourd’hui, aller vivre dans une grande ville n’est plus une priorité. Clairement, un mouvement se dessine. »

Bourses pour les étudiants

Pour les collectivités qui mènent de telles stratégies depuis longtemps, l’épidémie pourrait bien leur donner un coup d’accélérateur. « Il y a une prédisposition pour des territoires ruraux qui se sont lancés bien en amont. Sachant qu’il faut en général entre seize et dix-huit mois pour mener à terme un projet de changement de vie, ils sont en situation favorable car les contacts ont déjà été pris depuis longtemps », constate ­Gérard ­Lombardi, responsable ­marketing et développement au Cner, qui fédère les agences d’attractivité, de développement et d’innovation.

L’Allier a créé, en 2003, une mission « accueil » pour accompagner les petits porteurs de projets désireux de s’installer dans le département. Il a aussi été précurseur dans la mise en place de bourses pour les étudiants en médecine. « Actuellement, nous voulons éviter de communiquer pour communiquer, expose J­ean-Louis ­Etien, directeur adjoint de l’agence d’attrac­tivité de l’Allier. Nous retravaillons notre offre d’accompa­gnement, il faut prendre le temps de construire les projets. »

Une chose est sûre, les agences immobilières n’ont quasiment plus de biens à vendre, signe d’un intérêt certain. « La situation nous a permis d’affiner notre stratégie pour être plus performants dans notre promotion territoriale », confirme ­Olivier ­Chartrain, responsable du pôle « attractivité et hospitalité » de l’agence d’attractivité Latitude Manche. Le département, qui souffre d’un déficit de notoriété, connaît pourtant un dynamisme économique grandissant. « Il y a un afflux naturel annuel de retraités. Or, d’un point de vue économique, nous visons plutôt les 25-35 ans, car c’est à ce moment-là que l’on s’établit dans la vie. Nous avons des milliers de postes d’ingénieurs dans l’industrie nucléaire, navale, aéronautique, agroalimentaire… » ajoute-t-il.

Réseau d’accueil

Depuis 2018, Latitude Manche a constitué un réseau d’accueil qui compte 300 accompagnements en cours. « Avant, les demandes étaient liées aux retombées d’opérations spéciales. Là, nous faisons moins d’événements, mais nous avons ­toujours autant de demandes. On ne peut pas dire qu’il y a une déferlante physique. Mais une déferlante d’intention, ça oui », indique ­Olivier ­Chartrain. Le Lot a mis en place en 2019 un réseau d’une vingtaine de référents accueil pour les porteurs de projet avec ses partenaires collectivités et institutionnels. « En mai dernier, nous avons fédéré tous les acteurs via l’agence départementale du tourisme pour lancer une campagne de communication nationale d’un budget de 500 000 euros », relate ­Delphine ­Marcos, directrice générale adjointe « RH, attractivité et modernisation » au conseil départemental. Là encore, le marché immobilier peut donner des indices sur les effets de ce travail. « Les premiers retours des agences immobilières montrent une nette augmentation des transactions, avec 60 % des acquéreurs qui viennent d’Ile-de-France, 20 % des Hauts-de-France, 20 % du Sud-Est. Parmi eux, 23 % vont poursuivre leur activité en télétravail », observe-t-elle.

Ecouter les besoins des habitants, un atout supplémentaire

Gilles Quinquenel, maire DVD de Thèreval (Manche), 1 800 hab.

Elu depuis 1995, le maire de Thèreval, ­Gilles ­Quinquenel, a fait des services à la population l’une de ses priorités. Dans cette commune rurale, on trouve ainsi 23 professionnels de santé, une classe supplémentaire depuis l’an passé, un nouveau lotissement de 30 parcelles, dont 25 sont déjà réservées, et une offre culturelle et commerciale de proximité dynamique. Si la réflexion autour de l’attractivité a débuté avant la crise, la situation n’a fait que renforcer les convictions du maire : « Avant de chercher à attirer d’autres personnes, on s’adresse aux habitants qui vivent ici. Il faut se demander ce dont ils ont besoin. Il y a un enjeu de société autour du lien social. Face à cela, les villages comme le nôtre, qui ont développé des services pour la population, peuvent jouer une carte d’attractivité supplémentaire. Il persiste une image ­dégradée de la ruralité, alors que nous avons tout ce qu’il faut. »

Contact
Mairie, 02.33.05.05.59.

Une campagne de communication rondement menée

Olivier Fabren maire DVD de Mazamet (Tarn), 10 000 hab.

Dans les années 80, la péri­urbanisation et la crise économique ont eu raison des 17 000 habitants de laOlivier-Fabre-Mazamet commune, située au pied de la montagne Noire et ancien fleuron de l’industrie traditionnelle de la laine. Puis l’activité a repris progressivement, avec des PME leaders dans leurs activités. Les deux derniers recensements font état d’une inflexion démographique ­positive sur laquelle le maire, ­Olivier ­Fabre, compte bien s’appuyer. Après un premier mandat dédié à rendre la ville plus attractive en termes de sécurité, de commerces et d’urbanisme, il souhaite ­désormais s’adresser à un public plus large.
La crise sanitaire a ainsi marqué un tournant avec le lancement de la campagne « ­Déconfinez-vous pour toujours à ­Mazamet », relayée dans les ­médias régio­naux et nationaux. « Le premier confinement nous a rappelé l’importance du cadre de vie, de disposer d’espace et d’un environnement sain. Je pense que c’est quelque chose que l’on a intégré et qui a engendré, dans la foulée, un attrait pour les petites et les moyennes villes, qui disposent de nombreux atouts. Ici, on se positionne sur la thématique de la ville à taille idéale, qui bénéficie de tous les services publics et privés nécessaires. Nous avons des biens disponibles et, surtout, du travail dans les domaines de l’industrie et des services à la personne. Dans un secteur de 10 kilomètres, nous avons au moins 200 CDI à pourvoir », illustre l’élu, qui ­estime que les collectivités doivent aussi être une vitrine pour les entreprises. Et cela semble fonctionner. « Sur la première vague, nous avons plutôt attiré des retraités, majoritairement de la région Paca. Ils sont souvent plus mobiles que les familles. La suite de la communication que nous souhaitons mener va s’adresser aux actifs », précise le maire.
Contact
Mairie, 05.63.61.02.55.

Cet article fait partie du Dossier

Ces territoires en déclin qui ne se résignent pas

Sommaire du dossier

  1. Ces petites villes qui attirent des populations nouvelles
  2. Recherche ville à taille humaine
  3. Communication territoriale : la chasse aux Parisiens est ouverte !
  4. Action Coeur de ville : passer des études aux réalisations
  5. « Les territoires ne sont pas aussi plastiques que la demande »
  6. Les centre-villes commerçants les plus dynamiques mis en lumière
  7. La difficile reconnaissance du phénomène des villes en décroissance
  8. Les lauréats du plan Action Coeur de ville partagent leurs bonnes recettes
  9. Les villes moyennes se construisent un avenir
  10. Action coeur de ville : Les acteurs privés, attendus et dans l’attente
  11. Les ministres en campagne pour Action Cœur de ville
  12. Action coeur de ville : un vaste programme à 5 milliards d’euros sur cinq ans
  13. Le plan Action Cœur de ville met le turbo
  14. Action coeur de ville : « Le risque est que ce plan produise des projets gadgets »
  15. Les heureux bénéficiaires du plan « Cœur de ville » dévoilés
  16. L’extraordinaire histoire de la communauté de communes du val d’Alzette
  17. Territoires en déclin : un besoin de dispositifs spécifiques pour les villes qui « rétrécissent »
  18. Revitalisation des centres anciens, l’urgence d’une « cause nationale »
  19. Réforme de la carte militaire : il y a une vie après la caserne
  20. Quand le centre-ville redevient un lieu de commerce attractif
  21. « L’Etat cherche avant tout à créer de grandes métropoles de niveau européen ! »
  22. A Saulnières, les vestiges de la grande usine se fondent en un jardin paysager et des logements
  23. Centres-villes en déclin : la malédiction des villes moyennes
  24. Le développement des villes durables passe par les friches industrielles
  25. Territoires en déclin : l’art de la reconquête des friches industrielles et agricoles

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces petites villes qui attirent des populations nouvelles

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement