Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

HAUTE FONCTION PUBLIQUE

La réforme de la haute fonction publique est lancée

Publié le 03/06/2021 • Par Léna Jabre • dans : Actu juridique, France, Textes officiels RH, TO parus au JO, Toute l'actu RH

hautefp
ASDF - stock.adobe.com
La transformation de l'Ena en l'INSP interviendra au plus tard le 1er janvier 2022, comme le précise l'ordonnance encadrant la réforme de la haute fonction publique parue au JO ce 3 juin.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée


Prise sur le fondement de la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique, et dans le prolongement de l’ordonnance du 3 mars 2021 favorisant l’égalité des chances pour l’accès à certaines écoles de service public, l’ordonnance du 2 juin 2021 réforme l’encadrement supérieur de la fonction publique de l’État, avec une mesure majeure : la transformation de l’Ena en l’INSP au plus tard le 1er janvier 2022.

La notion nouvelle d’encadrement supérieur

L’ordonnance commence par définir quels agents seront concernés. Il s’agit des emplois supérieurs dont la nomination est laissée à la décision du Gouvernement et des emplois de direction de l’État, des dirigeants des établissements publics de l’État exerçant la plus haute fonction exécutive mentionnée par les statuts de l’établissement, quel que soit leur titre et des agents occupant dans ces établissements des fonctions exécutives de haut niveau. Mais aussi des agents qui peuvent prétendre à ces emplois : un décret précisera ce groupe-ci.

Ces agents se verront attribuer des lignes directrices de gestion interministérielle qui porteront sur les orientations générales les concernant en matière de recrutement, de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, de mobilité, de promotion, d’évaluation, de formation, de valorisation des parcours professionnels et d’accompagnement des transitions professionnelles. Là aussi, un décret est attendu.

Ces agents se verront aussi appliquer de nouvelles modalités d’évaluation pour tenir compte de leurs spécificités, à différents moments de leur parcours professionnel. Ces évaluations auront pour objectifs de proposer des mobilités et des actions pour développer et diversifier leurs compétences, mais aussi le cas échéant, un accompagnement vers une transition professionnelle.

La fin de l’Ena

À compter de la date d’entrée en vigueur d’un décret prochain, et au plus tard le 1er janvier 2022, la référence à l’Ena sera remplacée par la référence à l’INSP dans tous les textes législatifs et réglementaires en vigueur.

L’INSP assurera la formation initiale et contribuera à la formation continue des agents destinés à accéder au corps des administrateurs de l’Etat ainsi qu’à d’autres corps de fonctionnaires ou de magistrats susceptibles d’exercer ces fonctions d’encadrement supérieur. Il coordonnera l’élaboration des programmes de formation initiale et continue destinés à accroître la culture commune de l’action publique de ces agents ou appartenant à des corps et cadres d’emplois comparables et assurera le suivi de leur mise en œuvre.

Il pourra aussi conduire des travaux de recherche en lien avec l’action publique.

Au niveau de son organisation, L’INSP sera administré par un conseil d’administration comprenant, outre des représentants de l’Etat, des personnalités qualifiées, des représentants de fédérations syndicales de fonctionnaires et des représentants élus du personnel et des élèves, un député et un sénateur ainsi qu’un représentant au Parlement européen élu en France. Il sera dirigé par un directeur.

Au niveau de ses ressources, elles seront notamment constituées par des subventions de l’Etat ou des autres personnes publiques, par les dons et legs faits à son profit et par toute recette provenant de l’exercice de ses activités. Là encore, un décret est attendu.

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La réforme de la haute fonction publique est lancée

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

04/06/2021 08h46

J’aurai juste une question: faut-il être énarque ou polytechnicien pour avoir le droit d’accéder aux plus hautes fonctions?

Si on regarde le profil de nos Présidents de la République on pourrait affirmer que si ce n’est pas indispensable, c’est néanmoins très favorable. Nombre de nos Présidents ont suivi un tel cursus.
On retrouve ce même principe dans les grandes collectivités où il n’est pas rare que les fonctions de DGS soient assumées par un membre d’un grand corps d’Etat (venant bien entendu d’une de ces deux écoles dites prestigieuses).

Il est par contre étonnant que le « mérite » soit continuellement valorisé dans les propos mais rarement dans les actes. Si ce principe est plus que fréquent dans la fonction publique, il existe également dans le privé. La raison en est simple, les personnes ayant suivi ces formations forment à leur sortie un groupe assez homogène où l’idée de l’entraide (entre soi) prédomine.

Je pense donc que nous sommes sur la bonne voie. Mais le chemin est encore long pour découvrir les talents qui auront la capacité à exercer ces fonctions. Le temps est encore loin ou des personnes comme M. Bérégovoy (à la base un ouvrier) est devenu ministre!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement