Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Transition écologique

Contrats de relance : pas de transition sans moyens humains !

Publié le 07/06/2021 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France, Opinions

Construire, déconstruire... durable
B. Jackson / Adobestock
Depuis quinze ans, l’Etat enchaîne et accumule les dispositifs d’accompagnement de la transition écologique dans les territoires, sans toutefois fait l’effort de les mettre en cohérence et de rendre lisible leur articulation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Collectif du réseau des territoires à énergie positive

Depuis quinze ans, l’Etat enchaîne et accumule les dispositifs d’accompagnement de la transition écologique dans les territoires : d’abord le plan climat-air-énergie territorial et le programme « Cit’ergie », puis l’appel à projets « territoires à énergie positive pour la croissance verte », le contrat de transition écologique, etc. Cependant, il n’a pas fait l’effort de les mettre en cohérence et de rendre lisible leur articulation. Résultat : sur le terrain, les territoires et les services déconcentrés de l’Etat n’y comprennent plus grand-chose.

Tel qu’il a été défini, le CRTE porte le potentiel de devenir un outil articulateur entre le projet du territoire et les politiques de l’Etat. Cependant, la réalisation de ce potentiel est tout sauf acquise. Pour qu’il ne soit pas une coquille vide, il faut que l’engagement dans un CRTE ait du sens et réponde aux attentes des deux parties. D’une part, l’Etat doit se donner les moyens effectifs d’orienter et de renforcer les trajectoires d’actions territoriales dans le sens de ses priorités sur la transition écologique et la cohésion des territoires. D’autre part, le territoire doit bénéficier d’une plus-value par rapport à la mobilisation ponctuelle des différentes aides financières existantes (dotation de soutien à l’investissement local, dotation d’équipement des territoires ruraux, etc.), auxquelles il accède déjà (y compris celles du plan de relance), jusque-là sans CRTE.

Au plus près des élus

Le réseau des territoires à énergie positive, animé par le Cler (réseau pour la transition énergétique), rassemble depuis dix ans les pionniers de la transition écologique engagés vers l’objectif 100 % énergies renouvelables en faveur du développement territorial.

Par notre expérience, nous avons acquis une conviction : sans intelligence et sans moyens humains dans les territoires, pas de transition. Soyons clairs : si l’ingénierie externe est utile (intervention de consultants, experts, etc.), elle ne suffit jamais. Il faut des hommes et des femmes au plus près des élus pour monter des projets, faire vivre la transversalité et la coopération, déployer des dynamiques collectives de transition.

Nous proposons donc la mise en place d’un guichet ouvert pour financer des postes de chargés de mission dans tout territoire signataire de CRTE structurellement déficitaire, selon des critères à définir par les ministères de la Cohésion des territoires et de la Transition écologique. C’est tout à fait faisable et c’est d’ailleurs le modèle qui a été adopté pour le programme Petites villes de demain, sur un autre sujet : le renforcement des fonctions de centralités des petites villes.

En matière de transition, le dispositif des contrats d’objectifs territoriaux de l’Agence de la transition écologique peut être renforcé, déployé et mobilisé pour soutenir cette ingénierie d’animation. Il est éprouvé : la quasi-totalité des territoires pionniers de notre réseau en ont bénéficié et en sont satisfaits. Il est exigeant et structurant, avec son obligation de résultats sur la progression des politiques locales de transition. Construisons ensemble la capacité des territoires à concevoir une transition systémique et partenariale, amorçant un nouveau modèle de développement.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Contrats de relance : pas de transition sans moyens humains !

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

09/06/2021 09h52

Etonnant cet article. A croire qu’il a été rédigé par un fonctionnaire!

En effet, à la lecture des propositions des prétendants à l’exercice des hautes fonctions que sont celles de maire, de président d’une intercommunalité, d’un département ou d’une région, où le maintien voire la réduction de la masse salariale est un leitmotiv, comment comprendre que l’on crée de nouveaux postes… qui ne pourront pas être pourvus par des agents de catégorie « C »?

Bien sûr, il n’est pas possible de développer une stratégie sans moyens en personnels et financiers.
Mais la mutualisation étant de plus en plus à l’ordre du jour, on pourrait imaginer d’abord d’avoir un chef de file sur un territoire élargi tel que le département (les régions sont trop vastes pour cela) qui aurait les moyens pour accompagner les territoires.
Je crois que l’on appelle cela l’ingénierie territoriale. Néanmoins, si ce projet est porté par une collectivité (les départements me semblent les plus à même de le porter en direct et non pas par un organisme rattaché, sa gestion opérationnelle doit fédérer l’ensemble des acteurs du territoire.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement