Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Pauvreté

Les plus démunis, toujours aux premières loges des inégalités

Publié le 02/06/2021 • Par Nathalie Levray • dans : A la une, A la Une santé social, Actu expert santé social, France

inégalités sociales
©1STunningART - stock.adobe.com
L’Observatoire des inégalités publie la 8e édition de son rapport sur les inégalités en France. La crise sanitaire a aggravé les inégalités préexistantes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’édition 2021 du rapport de l’Observatoire des inégalités contient un focus sur les conséquences du Covid, révélateur et amplificateur des inégalités, même si Louis Maurin, son directeur, avertit du « manque de données » et recommande la prudence pour interpréter les files d’attentes à l’aide alimentaire. « À la fin de l’année 2020, la crise eu aucune conséquence sur les revenus de la très grande majorité de la population ».

Deux amortisseurs ont joué un rôle majeur : « d’une part le modèle social et d’autre part la conversion à la dépense publique » (200 Md€). Reste que les salariés les plus mal payés passés par la case du chômage partiel, ceux qui ont perdu leur emploi ou les indépendants sont perdants. En 2020, le nombre de foyers allocataires du RSA a augmenté d’un peu ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les plus démunis, toujours aux premières loges des inégalités

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

03/06/2021 08h27

Ouf, je suis rassuré… je ne fais pas partie des personnes riches!

Sauf qu’à bien y regarder avec le montant de l’impôt sur le revenu et les taxes foncières et d’habitation, je pensais que tel était bien le cas.
Au fait, je ne comprends pas. Il me semblait que seules les personnes riches devaient continuer à payer la taxe d’habitation au moins jusqu’en 2023. Quand par ailleurs on entend les propos des uns et des autres avec notamment que les riches ne devraient pas être exonérés de cette taxe, je reste perplexe.

Il y aurait donc les riches d’un point de vue fiscal et les riches d’un point de vue statistiques et ces deux populations ne sont pas identiques. Et on dit après que notre système n’est pas complexe?
Je crois que l’on a raison, il n’est pas complexe mais totalement illisible!

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement