Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lecture publique

Incivilités, violences… comment apaiser les bibliothèques

Publié le 11/06/2021 • Par Judith Chetrit • dans : Actu experts prévention sécurité, France, Innovations et Territoires

bibliothèque-lemélangedesgenres-AdobeStock_337109947
© lemelangedesgenres-adobestock
Alors que les bibliothèques prônent l’ouverture à une diversité d’usagers, la répétition de situations tendues marque les agents, qu’ils en soient la cible ou les témoins. Aboutissant parfois à l’exercice du droit de retrait ou à un dépôt de plainte, ces faits ne se limitent pas aux équipements dans les métropoles. Signalement d’incidents, exclusions, formations internes, plus grande interaction avec la police municipale, l’apaisement tient à de multiples facteurs.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

De nombreuses médiathèques préfèrent botter en touche, lorsqu’on les interroge sur des incivilités ou des violences particulières, notamment à l’encontre de leur personnel. « Un éventuel témoignage ne serait pas significatif dans ce contexte », indique un responsable de la lecture publique dans le Val-d’Oise.

Conflits d’usages entre les différents publics des bibliothèques

Covid-19 ou non, le sujet embarrasse souvent les agents, leur direction et leur tutelle. « Chacun peut avoir une perception différente de la violence et son propre seuil de tolérance, relève Amaël Dumoulin, la directrice des bibliothèques de Dunkerque [86 900 hab., Nord]. La situation la plus fréquente est un usager mécontent d’un service ou qui n’a pas compris les règles en usage dans le lieu. Le mécontentement devient une incivilité lorsqu’il prend une forme agressive, avec des insultes par exemple. »

A l’intérieur de son réseau, ce sont surtout des « conflits d’usage » entre les publics, notamment des groupes d’adolescents, qui sont survenus avec l’importante fréquentation de la médiathèque principale dès son inauguration, au printemps 2019. En moyenne, un peu plus de 1 400 personnes par jour, avec des pointes à plus de 2 000, pour une bibliothèque dimensionnée pour accueillir quasiment deux fois moins de monde. Avec des mots ou des comportements parfois difficiles à caser dans une seule catégorie générique des incivilités, même les termes employés pour décrire des situations traduisent déjà cette gêne à s’y préparer et à estimer ce qui se passe. « Il y avait des confusions entre des jeunes qu’on pouvait qualifier de bruyants, incivils ou violents », raconte la directrice, d’où l’organisation, par la suite, de temps de formation conjoints entre les agents avec la mission « jeunesse » de la ville ou des policiers municipaux.

Procédures internes de signalement

Comme dans d’autres collectivités, le fait d’échanger entre collègues permet, dans un premier temps, de mieux appréhender les situations conflictuelles auxquelles ils sont confrontés, leur évolution et les publics en question. Là encore, la typologie n’est pas partout identique, mais les groupes de jeunes et les personnes errantes, en grande précarité sociale et/ou en difficulté psychologique, font partie des cas les plus fréquents. Hormis les exclusions qui restent assez rares, cette donne complique en soi le champ de réponses à apporter.

A la médiathèque de Guebwiller (11 000 hab., Haut-Rhin), le lycée situé à proximité drainait une foule

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Incivilités, violences… comment apaiser les bibliothèques

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement