Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

TEMPS DE TRAVAIL

1607 heures : A Rennes, l’incompréhension des agents

Publié le 27/05/2021 • Par Isabelle Jarjaille • dans : France, Toute l'actu RH

rennes
©jerome DELAHAYE - stock.adobe.com
À Rennes (métropole, ville et CCAS), une nouvelle organisation du temps de travail a été mise en place, notamment concernant les repos compensateurs et les critères de pénibilité. Des mesures mal reçues par les agents, mobilisés derrière l'intersyndicale depuis 10 jours.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« On ne peut négocier que s’il y a un rapport de force, la prochaine action aura lieu samedi à 7 h, on compte sur vous ! » jeudi 27 mai, Jérôme Jourdan, délégué Force Ouvrière ville de Rennes, Rennes métropole et Centre communal d’action sociale (6400 agents, 451 762 hab. ) chauffe les troupes lors d’une réunion d’information de l’intersyndicale (CGT, FO, Unsa et Ugict-CGT).

Samedi 15 mai, les agents des bibliothèques ont ouvert la voie de la contestation avec un mouvement de grève qui a empêché l’ouverture de la bibliothèque des Champs libres. Jeudi 20 mai, 412 titulaires et 60 contractuels étaient en grève. Les Champs libres ont ouvert à 14 h au lieu de midi et les services de cantine et de garderie ont été perturbés dans seize écoles.

En ligne de mire, à Rennes ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

1607 heures : A Rennes, l’incompréhension des agents

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

28/05/2021 12h23

Etonnant cet article!

Pour les syndicats, la négociation ne peut être productive que si un rapport de force s’établit… et sans le dire, les collectivités partagent ce point de vue.
Or tout le monde est d’accord pour affirmer que le service public a pour mission d’accompagner la population et n’a rien à voir avec les entreprises privées. Ce qui est vrai, même si l’objectif reste d’une certaine manière le même: disposer des moyens budgétaires pour mener une politique adéquate.

Maintenant, si on va un peu plus loin, qui n’a jamais vu les hypermarchés ouverts jusqu’à des heures impossibles (22 heures certains soirs de semaine et ouverture les dimanches et certains jours fériés).
A part certaines professions, rares sont les fonctionnaires ayant ces types d’horaires!

On peut donc légitimement s’interroger sur la nécessité d’ouvrir les bureaux des collectivités au-delà de 17h00. Pour revenir à la question du respect des 1607 heures, dans la collectivité il suffit d’augmenter le temps de travail journalier d’un peu moins de 20 minutes… et le tour est joué.
L’avantage de cette solution réside dans le fait que pas mal d’agents vont déjà au-delà des 1670 heures obligatoires par ans, sans aucune reconnaissance.
Faut-il que ces agents perdent des jours de congé?

Garance

31/05/2021 12h18

@ HERMES « pas mal d’agents vont déjà au-delà des 1607 heures obligatoires par an, sans aucune reconnaissance. » 100% d’accord !
Exemple perso : j’oscille entre 45 et 50 heures / semaine sans contrepartie (prime ou récupération) alors que je suis censée faire 37h40.
Dans ma collectivité aussi, on envisage de réduire les RTT au lieu d’augmenter de façon officielle le nombre d’heures (ce qui reviendrait chez moi à ajouter 3 minutes par jour !).
Cette méthode, qui semble plus avantageuse pour les collectivités (on ne reconnait pas la charge réelle de travail, mais au contraire on augmente le temps de travail), pourrait se retourner contre elles : si on me réduit mes congés, je vais aussi essayer de m’économiser en travaillant moins car aujourd’hui seuls mes congés me permettent de tenir le coup comme les exemples cités dans l’article.
Les collectivités ont tout intérêt à bien réfléchir à leur stratégie de passage aux 1607 heures pour éviter de décourager, voire dégouter, les agents publics investis.

Al

02/06/2021 09h43

Il y a plusieurs lectures sur le dépassement du temps de travail individuel qui va d’une réelle surcharge de travail à un présentéisme érigé comme norme (à défaut d’efficacité).

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement