Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Intercos et villes-centres : je t’aime moi non plus

Publié le 26/05/2021 • Par Caroline Garcia • dans : A la une, France

Cityscape of Marseille, France. Urban background
©Grigory Bruev - stock.adobe.com
Une interco peine parfois à imposer ses vues à ses membres. Et quand l'exécutif de la ville-centre ne partage pas son projet politique, la rivalité freine le développement de l'ensemble. Exemples.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Des intercommunalités stratèges, chargées de prendre de la hauteur et de façonner l’avenir d’un territoire. Sur le papier, les lois de décentralisation successives octroient aux regroupements de communes des compétences de plus en plus nombreuses et les dotent de pouvoirs de décision. En théorie, donc, une communauté de communes, une communauté urbaine ou une métropole peut présider au grand destin des communes qui la constituent. Lorsque la ville-centre et l’assemblée communautaire ou métropolitaine sont du même bord politique, ce qui est le cas la plupart du temps, les deux entités combinent parfaitement leurs objectifs.

C’est quand elles sont opposées que les problèmes peuvent survenir. Ainsi, à Marseille, de conseil municipal en conseil métropolitain, les passes ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Intercos et villes-centres : je t’aime moi non plus

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

27/05/2021 06h51

Clairement, le pouvoir des intercos, villes centres, communautés de communes et autres, n’est pas démocratique. Les gens qui décident, contrairement à ce que l’on lit ici ou là, ne sont pas élus et forment une majorité de gouvernance tout à fait aléatoire et de circonstance. Et les dirigeants n’ont jamais proposé de programme ; ils n’ont donc pas d’engagements vis à vis des citoyens.
On se retrouve au final avec des structures illégitimes, essentiellement gouvernées par des technocrates, des bureaux d’étude, qui n’ont strictement rien à faire des attentes des citoyens qu’ils ne connaissent pas.
D’une façon très amusante, on peut, et on doit faire le parallèle avec la Commission européenne, composée de gens non-élus, qui n’a jamais présenté de programme et qui n’a aucun engagement défini.
Nous devons en finir avec ce genre de structures si nous voulons retrouver un semblant de démocratie !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement