Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transition écologique

Un livre blanc sur le spectacle vivant et la transition écologique

Publié le 17/05/2021 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, Documents utiles, France

transition-ecolo-Hurca-AdobeStock_209176055
© Hurca ! - AdobeStock
Dans un document intitulé « Le spectacle et le vivant – 20 propositions pour contribuer à la transition écologique et sociale » publié en mai 2021, Sophie Lanoote et Nathalie Moine, fondatrices de deux cabinets de conseil en stratégie culturelle, décryptent le concept de transition écologique et sociale appliqué au spectacle vivant.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« La crise Covid a aiguisé des préoccupations déjà perceptibles dans le secteur du spectacle vivant subventionné, et appelle chacun.e à se situer dans la transition sociale et écologique qui s’impose », affirment Sophie Lanoote et Nathalie Moine, coauteures du « livre blanc » intitulé Le spectacle et le vivant – 20 propositions pour contribuer à la transition écologique et sociale, et, respectivement, directrice associée de Galatea conseil et fondatrice de Florès.

Pour produire ce document, les deux auteurs ont interrogé une soixantaine d’intervenants dans les secteurs « du spectacle vivant, de la culture, des sciences humaines et de la transition », avec un double objectif :

  • « dresser un premier état des lieux des usages et questionnements à l’œuvre » ;
  • « envisager de nouvelles approches qui confortent le rôle essentiel du spec­tacle vivant dans les métamorphoses à venir ».

Travail qui a débouché sur l’élaboration de vingt propositions, des plus réflexives (comme « dresser l’inventaire des valeurs et pratiques que les membres de l’organisation veulent conserver, abandonner ou faire évoluer ») aux plus concrètes (comme « former toutes les équipes concernées à la coopération »).

Crédibilité des institutions culturelles

« Une institution culturelle qui ne fait pas le travail de se penser comme un acteur social et environnemental n’est simplement pas crédible », tranche Amandine Roggeman, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC), interrogée par les deux auteurs. Une responsabilité qui engage à la fois les artistes, les professionnels et le public, et qui est à mettre en relation avec la « forte charge éthique » des institutions culturelles, commune aux secteurs où l’intérêt général occupe une place centrale.

De la transition écologique aux droits culturels

Cette approche conduit tout droit à l’émergence des droits culturels (droit de chaque personne de prendre part à la vie culturelle), pour envisager de nouvelles formes de participation et de contribution des habitants à la vie culturelle. Ainsi, dans leur proposition n° 6, les deux auteures invitent les responsables culturels à « déterminer dans quelle mesure les habitants pourraient être invités à contribuer à la réflexion concernant le projet artistique, social et écolo­gique », et à « créer les conditions de leur participation effective à cette fin. »

Une pratique raisonnable de l’évaluation

Les auteurs approfondissent aussi l’épineuse question de l’évaluation, réputée complexe et chronophage.  « Je me demande s’il faut vraiment faire le bilan carbone chiffré, comme les entreprises qui font cela depuis dix ans. Est-ce que cela vaut bien la peine d’y passer des centaines d’heures ? Une fois qu’on a repéré les grands postes de dépense carbone, c’est peut-être, déjà, un moyen d’action suffisant », témoigne, en guise de conseil, Céline Portes, déléguée générale de Ensemble Correspondances.

Autre écueil mis en lumière par le livre blanc : évaluer pour évaluer. Un travers qui transparaît dans les critères qui servent de boussoles aux conventions d’objectifs signés entre les acteurs culturels et leurs tutelles. « Comment prendre la mesure de la sensibilité des habitants à un pro­jet ? De leur attachement au lieu de culture ? », s’interrogent les auteurs, qui invitent à réfléchir sur « l’évaluation par les habitants eux-mêmes », qui, peut-être,  permettrait de mesurer leur degré d’appropriation d’un lieu ?

«  Reste à en définir les modalités, afin d’assurer un juste équilibre avec les principes fondamentaux de liberté de création. » Et de suggérer (proposition n° 17) de « repenser les critères d’évaluation d’une organisation au crible d’une approche plus respectueuse du territoire ; créer un nouveau label national «lieux communs», qui sera délivré par les parties prenantes. »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un livre blanc sur le spectacle vivant et la transition écologique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement