logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/744515/on-sest-confines-on-sest-reconfines/

[ÉDITORIAL] DÉCENTRALISATION
On s’est confinés, on s’est reconfinés…
Delphine Gerbeau | France | Publié le 07/05/2021

Les déconfinements se suivent et se ressemblent. Tout aura été testé pour les confinements : couvre-feu territorialisé à des horaires variés, week-ends exclusivement confinés, etc. Néanmoins, pour les déconfinements, la même recette est toujours appliquée, celle d’un déconfinement essentiellement national.

deconfinement

Les déconfinements se suivent et se ressemblent. Tout aura été testé pour les confinements : couvre-feu territorialisé à des horaires variés, week-ends exclusivement confinés, distance de sortie plus ou moins étendue, liste des commerces autorisés à rester ouverts à géométrie variable…

Néanmoins, pour les déconfinements, la même recette est toujours appliquée, celle d’un déconfinement essentiellement national, « mais nous pourrons actionner des “freins d’urgence” sanitaires dans les territoires où le virus circulerait trop », a concédé le président de la République lors d’une interview accordée à la presse quotidienne régionale, le 29 avril.

Des régions peu touchées

Dans les jours précédents, plusieurs ministres avaient évoqué la possibilité de territorialiser le déconfinement, selon la propagation du virus et l’état d’occupation des hôpitaux. Il faut dire que certaines régions restent étonnamment peu touchées, à l’image de la Bretagne, qui affichait, fin avril, un nombre d’admissions en réanimation pour 100 000 habitants cinq fois inférieur à celui de l’Ile-de-France, ou du département du Finistère et de ses 26 patients en réanimation au 3 mai…

L’impossible territorialisation

Pourquoi, alors, refuser une réouverture progressive des territoires en fonction de leur « état de santé » ? On aurait même pu imaginer, comme le proposait le président de la région Bretagne, que celle-ci serve de laboratoire pour tester des mesures de déconfinement. Les Français seraient jacobins dans l’âme et ne concevraient pas une différence de traitement entre territoires, a répondu Emmanuel Macron.

Alors que la loi facilitant les expérimentations locales a été publiée le 20 avril, voilà un mauvais signal envoyé aux territoires. Ce refus d’adapter les règles aux contextes locaux peut aussi permettre de mieux comprendre le caractère timoré du projet de loi « 4D », qui devrait être présenté mi-mai en conseil des ministres. Un texte de toilettage de techniciens plutôt qu’un acte de confiance dans la décentralisation.

POUR ALLER PLUS LOIN