Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Investissement

Les régions savent toujours séduire les investisseurs étrangers

Publié le 23/04/2021 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

invest france 1
Adobe Stock
Première terre européenne d’accueil des investissements étrangers en 2020, la France s’enorgueillit de voir l’ensemble de ses régions irriguées par les euros et monnaies des nations étrangères. L’attractivité reste marquée par les spécificités de main-d’œuvre et la qualité de vie.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Impôts de production : la baisse de trop

Double bonne nouvelle ! Non seulement la France attire les investisseurs étrangers, mais toutes les régions en profitent. Fin février, dressant l’heureux constat que l’attractivité de l’Hexagone traversait la crise de manière moins écornée que d’autres (-17 % contre -33 % au niveau mondial et -19 % en Europe, en 2020 par rapport à 2019) et qu’il restait le pays européen ayant capté le plus grand nombre de projets étrangers, le gouvernement a officialisé la création de Team France Invest, sorte de VRP de la France à l’international.

Pas que l’Ile-de-France

Si l’ensemble des régions attirent, certains pôles ont un aimant plus puissant. C’est le cas des métropoles dont la présence déjà effective de sociétés étrangères favorise l’arrivée de nouveaux investisseurs. La taille économique est un déterminant prépondérant et le nombre des investissements est corrélé au montant du PIB régional.

En termes de projets, les régions Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Occitanie, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté accueillent les trois quarts des décisions. Sans surprise, ce sont les territoires ayant su créer les meilleures conditions favorables au développement de l’entreprise et à l’accueil de nouvelles populations qui captent le plus.

Toutefois, l’attractivité de la région capitale n’est pas supérieure à celles des autres régions déjà citées, où l’arrivée des investissements étrangers y est supérieure à leur poids dans le PIB national. L’exception faisant la règle, ce constat ne s’applique pas à l’ensemble des régions puisque Pays de la Loire affiche une attractivité correspondant exactement à sa taille économique.

industrie région 2

Emplois, c’est au Nord et à l’Est que ça se passe

En terme d’emplois créés ou maintenus, l’Ile-de-France a conservé son pouvoir de concentration (28 % du total national) puis les Hauts-de-France (14 %), Auvergne-Rhône-Alpes (12 %) et Grand Est (12 %) suivent dans l’ordre. Le ratio des emplois créés en 2020 pour 1 000 emplois, est supérieur ou égal à la moyenne nationale (1,3) dans les régions Hauts-de-France (2,1), Grand Est (2), Ile-de-France (1,5), Pays de la Loire (1,4), Bourgogne-Franche-Comté (1,3) et Normandie (1,3).

En revanche, il est entre 1,2 et 1 en Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, en-dessous pour Paca (0,9) et bien plus faible en Nouvelle-Aquitaine (0,5), tandis que la Bretagne et Centre-Val de Loire figurent ex-aequo en bas de la liste (0,4).

Villes moyennes, les préférées

Bien que Paris ait attiré 19 % des projets entre 2014 et 2020, c’est dans les villes de moins de 20 000 habitants qu’ont été réalisés 41 % des investissements (et 70 % dans celles de moins de 200 000 âmes). Les grandes métropoles régionales confirment leur attractivité : Grand Paris (24 %), Grand Lyon (5 %), métropole Aix-Marseille-Provence (3 %), Toulouse métropole (3 %) et métropole européenne de Lille (3 %) ont accueilli 35 % des projets d’investissement en 2020.

A noter que les décisions ne se concentrent pas uniquement sur les très grandes agglomérations, puisque 41 % des projets ont été localisés dans les agglomérations de moins de 200 000 habitants, l’an passé comme depuis 2014.

Produire, avant tout

Si les investisseurs étrangers ont choisi la France, en 2020, c’est avant tout pour produire (308 des 1 215 projets, soit 25 %, et 12 875 des 34 567 emplois, soit 37 %) même si ce secteur d’activité enregistre un recul (-17 % des projets et -7 % des emplois, par rapport à 2019).

23 % des projets ont concerné des implantations de siège social (-24 %) avec 3 976 emplois à la clé, et 39 de ces 274 projets constituent une première implantation en Europe, et 127 une première implantation en France (malgré une baisse de 50 %).

A noter qu’en terme d’emplois, les services aux particuliers (8 % des investissements), surtout implantés en Bretagne et Nouvelle-Aquitaine reculent de 56 % et que la R&D enregistre -51 % d’emplois associés aux -30 % de projets.

En revanche, l’ingénierie a progressé, en terme de projets (+ 31 %) et d’emplois (+19 %), mais ce secteur n’a représenté que 6 % des investissements étrangers.

Pour leur part, les services aux entreprises (surtout concentrés en Ile-de-France et Bretagne ont enregistré une hausse en terme d’emplois (+23 %) que n’ont pourtant pas soutenu les investisseurs (-15 % des projets).

Industrie, pour tous

Entre 2014 et 2020, les régions Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Occitanie ont caracolé en tête des investissements étrangers de sites industriels, et tous les territoires en ont bénéficié (un peu plus faiblement en Bretagne et Paca). En 2020, les investissements de production se sont maintenus ou ont progressé en Auvergne-Rhône-Alpes (+16 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (+15 %) et affiché une stabilité dans la région Grand Est. A noter que 57 % des projets d’investissement industriels (et 68 % des emplois associés) ont été localisés dans les territoires d’industrie.

A chaque région sa spécialité

La localisation des projets étrangers reste liée aux caractéristiques régionales des bassins d’emploi et à leur spécialisation sectorielle de main d’œuvre : industrie pharmaceutique en Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val de Loire et Normandie ; industrie du matériel des transports en Occitanie et Bourgogne-Franche-Comté ; agro-alimentaire en Bretagne, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine ; fabrication des machines et équipements mécaniques dans le Grand Est.
Rien de changé donc, chaque région garde son « made in » identifié pour son savoir-faire.

industrie région 1

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les régions savent toujours séduire les investisseurs étrangers

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement