Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Handicap

Quel bilan tirer de la fusion du complément de ressources et de la majoration pour la vie autonome ?

Publié le 22/04/2021 • Par Léna Jabre • dans : Réponse ministerielles santé social, Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du secrétariat d’État auprès du Premier ministre, chargé des personnes handicapées : L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une prestation sociale destinée à assurer des conditions de vie dignes aux personnes dont les ressources sont les plus faibles, du fait du handicap.

Elle est accordée sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) aux personnes dont le taux d’incapacité permanente est égal ou supérieur à 80% (bénéficiaires de l’AAH-1 au titre de l’article L.821-1 du code de la sécurité sociale) ou aux personnes dont le taux d’incapacité permanente est égal ou supérieur à 50% et inférieur à 80% et qui présentent une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi.

L’AAH est liquidée par les organismes payeurs (caisses d’allocations familiales et caisses de mutualité sociale agricole) après examen des conditions relatives à la nationalité, l’âge, la résidence et les ressources. Son montant vient compléter les éventuelles autres ressources de la personne en situation de handicap, le cas échéant à titre différentiel d’un avantage vieillesse, invalidité ou revenu d’activité.

Un dispositif de soutien complémentaire à l’AAH – la majoration pour l’autonomie (MVA) – vise à soutenir l’autonomie dans un logement des personnes en situation de handicap qui sont confrontées à des charges et des dépenses supplémentaires spécifiques. La MVA est donc attribuée automatiquement par les organismes payeurs dès lors que le bénéficiaire remplit les conditions suivantes (définies à l’article L.821-1-2 du code de la sécurité sociale) :

  • percevoir l’AAH ou l’ASI et présenter un taux d’incapacité permanente égal ou supérieur à 80% ;
  • percevoir l’AAH à taux plein ou en complément d’un avantage vieillesse ou d’invalidité ou d’une rente accident du travail ;
  • ne pas percevoir de revenu d’activité professionnelle ;
  • disposer d’un logement indépendant pour lequel une aide personnelle au logement est perçue.

La MVA est donc un complément à l’AAH destinée aux personnes en situation de handicap dont les ressources sont les plus faibles, qui n’ont aucune activité et pour lesquelles les charges de logement sont les plus importantes. Les aides personnelles au logement ne sont effectivement pas dues aux personnes locataires d’un logement dont elles-mêmes, leurs conjoints ou l’un de leur ascendants ou descendants, jouissant d’une part de la propriété ou de l’usufruit, personnellement ou par l’intermédiaire de parts sociales de sociétés, quels que soient leurs formes et leurs objets.

Par dérogation à la règle posée au premier alinéa, ces aides peuvent être versées si l’ensemble des parts de propriété et d’usufruit du logement ainsi détenues est inférieur à des seuils fixés par voie réglementaire. Ces seuils ne peuvent excéder 20% de la propriété ou de l’usufruit du logement.

Cette mesure concerne l’ensemble des bénéficiaires potentiels de l’APL en cohérence avec le caractère universel de l’aide. Elle vise à lutter contre les abus consistant pour un propriétaire bailleur à assurer le remboursement de son investissement avec l’APL de manière concertée avec un proche qui occuperait les lieux et s’applique également aux bénéficiaires de l’AAH.

Enfin, conformément à l’engagement présidentiel et afin de lutter contre la pauvreté subie des personnes en situation de handicap, l’AAH a fait l’objet d’une revalorisation exceptionnelle en deux temps. Son montant a été porté à 860 euros en novembre 2018 puis à 900 euros en novembre 2019. Cette mesure a fait augmenter le montant de la prestation de 11% depuis 2017 soit l’équivalent d’environ 2 milliards d’euros sur le quinquennat.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quel bilan tirer de la fusion du complément de ressources et de la majoration pour la vie autonome ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement