Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Santé mentale

Des débriefings pour les agents victimes d’un choc émotionnel

Publié le 19/04/2021 • Par Laure Martin • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, Régions

Ecoute - discussion
Chinnapong/AdobeStock
A Lons-le-Saunier (Jura), l’ensemble des agents de la commune peuvent bénéficier d’un dispositif de débriefing post-traumatique. L’objectif : leur permettre de se confier à d’autres agents formés afin d’éviter l’ancrage de leur choc émotionnel.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Début 2019, le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Lons-le-Saunier (17 500 hab., Jura) a mis en place un dispositif de débriefing post-traumatique, ouvert à l’ensemble des agents de la commune. Il repose sur sept agents débriefeurs, qui interviennent à la demande de la victime, au plus tôt après le fait traumatique. « Le dispositif s’inscrit dans le cadre du paradigme des premiers soins en santé mentale », indique Eric Mourez, directeur du pôle social de la ville, à l’origine de l’initiative.

Il a lui-même suivi il y a quelques années, une formation sur le stress post-traumatique dispensée par un psychologue bisontin, Christophe Collin. « Il explique qu’un débriefing dans les 24 à 48h après un choc émotionnel limite le risque d’inscription neurologique du traumatisme et donc ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des débriefings pour les agents victimes d’un choc émotionnel

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement