Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

Co-construction

Les offices du sport, ces illustres méconnus

Publié le 16/04/2021 • Par David Picot • dans : A la Une acteurs du sport, Actu expert acteurs du sport, France

Sport-course-vélo
©pavel1964 - stock.adobe.com
Dans le paysage sportif français depuis longtemps, les offices (municipaux) du sport ne sont curieusement pas toujours bien identifiés, que ce soit par les associations sportives ou les collectivités. Comment se positionnent-ils ? Pour quelles missions ? Illustrations.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ne les appelez plus Offices municipaux du sport (OMS) mais Offices du sport (OS). « C’est un enjeu de clarification », souligne David Guillouf, directeur national de la – toujours appelée – Fédération nationale des Offices… Municipaux du Sport (FNOMS) ! A ses yeux, « l’adjectif « municipal » est de nature à semer le doute car il est généralement synonyme de rattachement à la collectivité. Or, ce n’est pas le cas d’un office ».

En effet, ce dernier est un organisme indépendant de la municipalité. Il s’agit d’une association de loi 1901 qui est « complémentaire aux autres », résume-t-il. Et même au service des autres. La FNOMS le définit comme « une structure de concertation, de développement, et de mutualisation de moyens », qui fait par ailleurs des propositions en matière de pratique sportive, à la commune ou l’intercommunalité. « C’est un facilitateur d’échanges et pour la collectivité, un excellent moyen de développer sa pratique sportive », plaide le directeur national.

Structure multi-facettes

Illustration à Miramas (Bouches-du-Rhône – 26 470 hab.), qui fait partie des 1 257 offices du sport rattachés à la Fédération : « Nous nous posons vraiment en interface entre la collectivité et les associations », décrit son président Philippe Jarton, qui fédère 63 clubs adhérents, « soit 90% des associations sportives de la ville. Il bénéficie d’un budget annuel de 350 000€ et s’appuie sur 5,8 équivalents temps plein dont 1,8, mis à disposition par la collectivité.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec le service des sports et les élus. Pour eux, nous sommes une porte d’entrée vers le tissu associatif », poursuit-il. « Nous organisons des actions en lien avec les évènements de la ville. Nous discutons également des critères de subventions aux associations ». L’accompagnement de ces dernières prend la forme de prêt de matériel (« de la friteuse au minibus »), de recherche de financements, d’aide au niveau de la comptabilité etc.

« Nous nouons également des partenariats avec des centres sociaux pour favoriser la pratique sportive de jeunes issus des quartiers politiques de la ville », reprend Alicia Scotto, responsable de projets associatifs. L’action de cette structure s’étend également vers le sport-santé, à travers la coordination d’un Maison Sport-Santé, récemment labellisée. « Nous ne proposons pas de séances mais nous accompagnons les clubs qui souhaitent investir ce créneau ».

Contrat de confiance

En Ille-et-Vilaine, l’Office des Sports de Saint-Méen-Montauban s’inscrit à l’échelle de la communauté de communes (17 communes, 27 105 hab.). Son action dépasse celle d’une simple « interface » puisqu’il propose également des activités multisports et du sport-santé, grâce à ses six éducateurs sportifs salariés à temps plein. Lesquels « peuvent être aussi mis à dispositif des associations », détaille Vincent Palaric son président. « Nous sommes parfaitement identifiés sur le territoire. Les municipalités nous font confiance pour développer et soutenir le tissu associatif local ».

Et David Guillouf (FNOMS), de conclure : « la confiance est la clé pour qu’un office du sport vive et soit utile à tous : aux associations comme à la collectivité ».

Cet article fait partie du Dossier

L'office du sport, un moyen de développer la pratique sportive

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Acteurs du sport

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les offices du sport, ces illustres méconnus

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement