Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

Sécurité globale : le coordonnateur pourra-t-il être un élu ?

Publié le 13/04/2021 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Choisir sa voie
Fotolia
Alors que la proposition de loi Sécurité globale doit être votée définitivement à l’Assemblée nationale ce jeudi 15 avril, le réseau des coordonnateurs de conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) tire la sonnette d’alarme. Ils s’interrogent sur la mesure qui permet de confier la mission de "coordo" à un élu.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est un caillou dans la chaussure. Alors que le réseau national des coordonnateurs de CLSPD-CISPD-CMSPD (RN3C), qui représente 400 professionnels dans 222 villes, 97 EPCI, 79 départements et 18 régions de métropole et d’outre-mer, se réjouissaient de voir leur métier enfin reconnu par la loi Sécurité globale, ils ont découvert avec stupeur, en épluchant la dernière mouture en fin de semaine dernière, que l’animation de ces instances locales de partenariat pourrait être confiée à un conseiller municipal.

Inquiets, ils ont écrit lundi 12 avril aux députés Alice Thourot (LaRem), porteuse du projet de loi, Stéphane Peu (PC) et Rémi Rebeyrotte (LaRem), auteurs de la mission flash sur les coordos, pour leur faire part de leur « étonnement » et tenter, s’il est encore temps, d’infléchir la loi. Et il y a urgence. Car

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sécurité globale : le coordonnateur pourra-t-il être un élu ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement