Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Nimby

Odile et les vaches ne font pas bon ménage

Publié le 09/04/2021 • Par Pascale Tessier • dans : Régions

Vache-une
Tsaag Valren - CCA-SA wikicommons
À la campagne, il y a des vaches, des chevaux, mais aussi des voisins qui peuvent refuser les fermes et les projets bio, pour peu qu’ils imaginent leur notoriété suffisante pour que leur voix porte plus fort. C’est sans compter sur la pugnacité de ceux qui défendent cette ruralité, collectivités en tête.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ce n’est pas seulement une énième histoire de rurbains aspirant à une campagne qui ne soit que verdoyante et paisible. À Adainville (Yvelines, 760 hab.), c’est l’histoire des collectivités territoriales qui ont plus d’un atout dans leur manche pour tenter de calmer le jeu. Même si la partie s’annonce ardue.

Voici l’histoire : dans ce sud Yvelines, un couple d’agriculteurs quadras et passionnés, Fabien Le Coïdic et Agathe Guérin, a acquis 45 ha de terres à la Safer pour y installer 26 chevaux et y faire paître 12 vaches pie noir, race bretonne protégée et menacée d’extinction qu’il veut relancer. Un beau projet tout de bio vêtu, pour 300000€ d’acquisition foncière et 700000€ d’urbanisme.

Seulement voilà, à quelques encablures de là, l’éditrice parisienne Odile Jacob et son époux Bernard ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Régions

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Odile et les vaches ne font pas bon ménage

Votre e-mail ne sera pas publié

Goupil54

09/04/2021 10h40

La nature, les animaux font partie intégrante de nos espaces de vie n’en déplaise à ces « notables » qui n’ont rien d’autre à faire qu’embêter ces agriculteurs. Quand on aime pas la campagne on habite en ville

Ben

10/04/2021 10h00

N’oublions pas qu’il n’y a pas de paysage sans paysan.
Certains bobo qui se « mettent au vert » devraient rester en ville.

Anne 43510

09/04/2021 08h47

Qu ils aillent respirer la pollution en ville.. Il faut des agriculteurs pour nourrir les humains…. A force d avoir des emmerdeurs les français creveront de faim…. Attention…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement