Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[INTERVIEW] Inégalités

« On exonère une partie des plus riches du devoir de solidarité »

Publié le 13/04/2021 • Par Romain Gaspar • dans : Actu expert santé social, France

LouisMaurin
Cyril Chigot / Divergence pour La Gazette
Et si les privilégiés en France ne se limitaient pas à la frange des « super-riches » ? C’est la thèse de Louis Maurin, cofondateur et directeur de l’Observatoire des inégalités dans son livre « Encore plus ! Enquête sur ces privilégiés qui n’en ont jamais assez ». Il estime que, pour réellement lutter contre les inégalités, il ne faut pas cibler seulement le revenu des 1 % des Français les plus riches, mais aussi celui des 20 % les plus aisés, « cette France des cadres supérieurs », des « diplômés des bonnes écoles », cette « bourgeoisie économique » à laquelle s’ajoute « une bourgeoisie intellectuelle ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« A partir de 2 600 euros net seul, ou 3 500 net pour un couple sans enfant, on entre dans la catégorie des riches. Même si ces facteurs sont à nuancer en fonction de l’âge et du lieu de résidence », estime Louis Maurin, cofondateur et directeur de l’Observatoire des inégalités dans son livre « Encore plus ! Enquête sur ces privilégiés qui n’en ont jamais assez » (éd. Plon, février 2021). Fruit de trois décennies d’enquête et d’observation de la société française, cet ouvrage montre comment les revenus des classes aisées ont progressé, alors que ceux des classes moyennes et populaires ont stagné. « Plus de deux millions de personnes vivent en France avec moins de 700 euros par mois selon l’Insee », souligne-t-il. Parmi les explications, Louis Maurin cible « l’échec du système éducatif, le mal-emploi et l’insécurité sociale qui frappe les moins qualifiés ».

Selon lui, l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ; un « coming out inégalitaire pour une partie de la gauche », avec une politique fiscale à sens unique : quasi-suppression de l’impôt sur la fortune, suppression de la taxe d’habitation, baisse des impôts de production… Or, cette indifférence aux inégalités pourrait mener au pouvoir un parti autoritaire. « Le risque n’a jamais été aussi proche », conclut Louis Maurin.

Pourquoi faut-il s’intéresser aux 20 % de la classe aisée plutôt qu’au 1 % des super-riches ?

A viser une partie trop étroite des privilégiés, on se trompe de cible en termes de politiques publiques. Je ne conteste pas la nécessité d’un prélèvement sur les classes les plus privilégiées. Mais c’est tout à fait insuffisant. La gauche fait une erreur en se focalisant sur

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« On exonère une partie des plus riches du devoir de solidarité »

Votre e-mail ne sera pas publié

Gérard M.

14/04/2021 05h01

Ce monsieur sait-il que la France est dans le trio de tête à l’échelle mondiale des prélèvements obligatoires ? Qu’on passe plus de 54% de PIB dans les dépenses publiques ? Sur quelle planète vit-il ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement