Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Lutte contre les violences

Violences conjugales : les professionnels héraultais misent sur la coopération

Publié le 09/12/2020 • Par Solange de Fréminville • dans : Dossier Santé Social

Dans l’Hérault, neuf réseaux réunissent les acteurs de terrain qui accompagnent les victimes 
de violences conjugales, leurs enfants, ou bien les auteurs. Une expertise qui renforce la capacité 
à trouver des solutions.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La création à Béziers, en janvier  2019, d’un centre d’hébergement d’urgence dédié aux femmes victimes de violences conjugales, porté par l’Amicale du Nid, est l’une des fiertés des réseaux interprofessionnels dédiés aux violences conjugales dans l’Hérault. « Il n’y avait aucun lieu où les accueillir dans des conditions décentes, et les policiers nous disaient qu’ils ne trouvaient aucune solution après 18  heures. Cela avait pour effet le retour des victimes chez leur conjoint avec lequel elles étaient en danger », se souvient Stéphanie Canovas, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité femmes-hommes de l’Hérault. Le réseau de Béziers a établi un diagnostic et porté le projet. Depuis l’ouverture de la structure, le commissariat a un badge qui lui donne accès à un appartement 24  heures/24 pour mettre à l’abri les victimes. « Cette initiative témoigne du niveau d’expertise du réseau, de sa capacité à trouver et mettre en œuvre des solutions », commente Stéphanie Canovas.

Lutte contre les violences : un travail collaboratif

Neuf réseaux ont été créés dans l’Hérault, maillant l’ensemble du territoire. Un travail collaboratif indispensable, selon Corentine Zankpe-Yovo, directrice du centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de l’Hérault (1), qui défend les droits des femmes et l’égalité femmes-hommes : « Sortir des violences conjugales, c’est colossal ! Cela exige d’avancer sur tous les plans, social, familial, pour le logement, la santé, l’emploi… Pour certaines, c’est très long, car ces violences détruisent dans l’intime ».

Le CIDFF et l’association Via Voltaire, spécialisée dans la prise en charge psychologique des auteurs de violences conjugales, animent ces réseaux. Leur composition diffère selon les territoires, mais au côté des associations, se trouvent des travailleurs sociaux, policiers, gendarmes, avocats, médecins… « Au fil des réunions, on apprend à se connaître, à comprendre la logique de chacun, à travailler ensemble », souligne Stéphanie Canovas. L’intérêt est de permettre la coopération des professionnels au plus près des difficultés rencontrées par les victimes, de manière à faciliter leur mise en sécurité et leur parcours autonome. Les réseaux mènent aussi des actions d’information, notamment pour améliorer le repérage et l’accueil.

Emprise et stress post-traumatique

À l’hôpital de Béziers, Marie-Ange Gau, médecin urgentiste, référente « violences conjugales », sensibilise ses collègues : « Il faut en particulier expliquer le phénomène de l’emprise et celui du stress post-traumatique, pour comprendre pourquoi une victime ne va pas tout de suite déposer plainte, et retourne chez l’agresseur ». Le CIDFF organise chaque année des formations pour tous les professionnels. Pour qu’enfin, les mentalités changent. « Souvent, elles ne sont pas entendues, pas crues, elles doivent se justifier », dénonce Corentine Zankpe-Yovo.

Fleur Favre, coordinatrice du secteur conjugalité, parentalité, violence du CIDFF de l’Hérault

« Nous cherchons des solutions adaptées à chaque territoire »

« Le CIDFF anime quatre réseaux héraultais interprofessionnels sur les violences conjugales. Sur chaque territoire, on se réunit une fois par mois, avec plusieurs objectifs. D’abord se connaître et pouvoir s’appuyer sur les compétences de chacun. Il y a tant à faire pour accompagner les victimes sur le plan juridique, social, psychologique, pour leur insertion professionnelle, leurs enfants, etc. Ensuite, faire remonter les besoins de chaque territoire et chercher ensemble des solutions. Par exemple, en 2019, un réseau a permis la création d’un poste d’intervenante sociale au commissariat de Sète-Frontignan, et un autre, des permanences de soutien psychologique pour les victimes à Ganges et Lodève. Nous créons aussi des outils : un annuaire des personnes ressources sur chaque territoire, une carte de visite avec trois contacts essentiels pour la victime, des affiches… Autre objectif : se tenir informés des évolutions législatives et réglementaires, et se former en faisant venir des experts qui nous apportent des connaissances sur les violences conjugales et leurs effets ».

Notes

Note 01 Contact : Corentine Zankpe-Yovo, c.zankpe-yovo@cidff34.fr Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Violences conjugales : les professionnels héraultais misent sur la coopération

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement