Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

E comme émancipation

Publié le 24/10/2019 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Par son étymologie latine emancipatio, l’émancipation est juridique : c’est l’action d’aliéner, et plus précisément en matière de famille, le droit d’aliéner son autorité paternelle ou de céder son esclave.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le premier sens contemporain de l’émancipation reste dans le même domaine : la soustraction, de manière anticipée, d’un mineur à la puissance parentale ou à sa tutelle ce qui le rend capable d’accomplir tous les actes d’un majeur. Par extension, l’émancipation est devenue « un passage, ou une rupture, le devenir indépendant d’une personne qui cesserait de se voir assujettie à une domination, qui accéderait à un exercice libre de la volonté, ou encore qui trouverait enfin en elle-même le pouvoir de décider du sens de ses actes », selon Emmanuel Brassat.

Le programme philosophique des Lumières vise l’état émancipé des personnes par la connaissance scientifique et technique et l’exercice individuel de la raison ou du jugement. Le sapere aude (ose savoir) de Kant n’est rien d’autre que l’injonction de se servir de son propre entendement pour sortir de l’état de tutelle. Ce qui, dans nos sociétés modernes, suppose droit à une instruction suffisante et devoir d’exercice des libertés sociales et citoyennes. « L’émancipation devient une exigence juridique et politique universelle », poursuit le philosophe. Élément moteur de la transformation de la société, elle touche à « une libération de la domination, de l’inégalité des conditions ».

À propos de l’émancipation des femmes, Baudrillard alertait sur l’« admirable cercle vicieux de ‘‘l’émancipation’’ dirigée », lui attribuant le défaut de « conjurer leur libération réelle ». L’exemple féministe peut ainsi prévenir un mésusage de l’émancipation et inciter à la pratiquer avec la conscience de son rapport à la coéducation, à l’accès au pouvoir et à la volonté personnelle. Pas d’émancipation, de porte ouverte vers le futur donc, sans coconstruction juridique, politique, sociale et intellectuelle.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

E comme émancipation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement