Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

T comme transition

Publié le 22/07/2019 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Transition. Politique et sociale, démocratique, écologique et énergétique, numérique, éducative et récréative, démographique.

Tant de transitions à l’œuvre, dont les contours et les horizons restent imprécis. Le mot annonce un futur, l’étymologie en témoigne : transitio, en latin, c’est l’action de passer, le passage.

La transition ne dure pas, elle constitue un moment, une étape. Les mots dérivés attestent de ce caractère éphémère, temporaire, passager : transitoire, transit, transitionnel, transitaire. La transition provoque un entre-deux.

Dans cet état intermédiaire, elle contient l’idée d’une gradation, d’une liaison ménagée. Elle peut s’opérer brutalement – le mouvement, transition entre être assis puis debout, ou sur un mode lent – la vie, transition entre la naissance et la mort.

Considérée à l’échelle de l’humain, la transition bouscule ; elle renvoie à une certaine incertitude, à l’ignorance de ce qu’il adviendra, après le passage. Recélant cette dimension de l’autre côté, d’un autre état, du changement – en mieux ou en pire – elle inquiète.

François Jullien note que la transition « fait trou dans la pensée européenne », l’expliquant par « la séparation étanche des deux temps, de l’avant et de l’après » chez Platon, ou par l’incapacité d’Aristote de « penser l’entre » en tant que tel. Le terme transition « aura tôt fait [d’]enfermer dans un cul-de-sac », poursuit le philosophe.

Pour sortir de l’impasse, il suggère une autre lecture de ce « terme limite » ; et propose le recours à la philosophie chinoise, où Tchouang Tseu envisage le renouvellement continu du monde.

Ainsi la transition peut-elle se concevoir comme une « modification-continuation », inhérente à la condition humaine. L’une « bifurque » et « innove », l’autre « poursuit » et « hérite », chaque terme imbriqué dans l’autre. Ce continuum permet le recul nécessaire pour envisager toute trans-formation comme le passage d’une forme à la suivante.

Un remède à la disruption ?

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

T comme transition

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement