Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

Qu’est-ce que l’urgence ?

Publié le 13/11/2018 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Dans son contexte latin d’origine (urgeo : presser), l’urgence n’a pas de rapport au temps. C’est une "acception physique et spatiale de la force exercée par l’effet de la masse", précise Raymond Bénévent, au sens de serrer de près, d’accabler et de pousser.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’urgence est absente du dictionnaire du moyen Français : seul y figure l’adjectif « urgent », employé dans le langage de la médecine pour désigner la situation dont il faut s’occuper sans retard. Sous peine de mort. Le rapport au temps apparaît ; l’issue fatale aussi. Quand le substantif féminin surgit au milieu du XVIIIe siècle, il reste cantonné à ce domaine pour s’institutionnaliser, dans la seconde moitié du XXe siècle, en milieu hospitalier et au pluriel avec le service des urgences.

État d’urgence, procédure d’urgence, mesures d’urgence, urgence sociale… L’urgence sature la société contemporaine. Convoquée en politique et en économie, pour la justice ou l’environnement, dans le champ social ou sanitaire, etc., elle est devenue une « norme sociale », explique Christophe Bouton, « associée à une menace réelle ou imaginaire ». Zadi Laïki relève qu’elle « s’impose comme la modalité temporelle ordinaire de l’action en général ».

Elle introduit une culture de l’immédiateté, source « de surcharge du présent » et de perte de repères, tant dans le monde du travail que dans la vie personnelle. Soulignant la « mythologie de l’urgentiste » capable de sauver dans l’instant, Raymond Bénévent alerte sur le danger de centrer les pratiques sur l’urgence qui conduit à évincer la question primaire. À convoquer l’urgence pour des situations installées depuis longtemps, il y aurait à la fois un signal et une occultation de l’absence de toute pensée antécédente.

Dans ces conditions, la double injonction d’action immédiate et d’urgence insulte la réflexion et la prévision. Or, pour Kenneth Helt, « c’est quand l’homme voit au-delà de l’urgence qu’il bâtit et sort de la barbarie ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Qu’est-ce que l’urgence ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement