Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

A comme allocation

Publié le 28/02/2018 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Dans le latin populaire, le verbe locare signifie placer, prendre en location, dépenser. Avec le préfixe ad, le moyen français assigne à l’allocation une destination : elle prend le sens d’une inscription, d’un enregistrement dans un compte. Elle devient ensuite l’action d’accorder quelque chose à quelqu’un, de l’argent ou un avantage matériel, et aussi la chose allouée elle-même.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Dans le langage moderne, l’allocation désigne « l’argent public de la solidarité nationale », selon l’expression de Robert Castel. Outil de la protection sociale à la française, l’allocation reflète à la fois le projet politique et le système socio-économique de la société.

L’intervention publique corrige les inégalités induites par le hasard des naissances et les conséquences indésirables produites par un marché défaillant à prendre en charge les besoins fondamentaux des individus les plus défavorisés ou à fournir les biens collectifs.

À travers John Rawls et son concept de « justice sociale », l’allocation rétablit l’égalité des chances.

Représentative d’un droit social, elle ne s’accorde qu’en vertu d’un accord tacite passé avec l’État, selon les cas, de préservation de la paix sociale ou de donnant-donnant. Dans cette seconde acception, explique Van Parijs, « celui qui ne contribue rien n’a droit à rien ».

Le droit de tirage exercé sur la société ne s’envisage que dans la relation, « réaliste » selon Castel, entre « travail et protection ».

Cette considération amène à penser « coopération sociale » avec Mark Hunyadi. Pour défendre l’allocation universelle, le philosophe rejette « l’utilité du lien social [réduite] à la seule contribution économique » ou « laborieuse de ses membres ».

Plaidant pour la « libre réalisation de soi », désaliénée et utile aux autres, il relève l’idée d’une « solidarité de fait » dans une société qui est « toujours un système de coopération au sens élargi ». Une voie pour refuser « la tyrannie de modes de vie qui nous échappent ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A comme allocation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement