Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Précarité énergétique

La bataille des logements décents se joue sur plusieurs fronts

Publié le 13/12/2017 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

PROSP_Anticiper_dessin-Gros-NE PAS UTILISER POUR UN AUTRE ARTICLE
D.R.
Coûteuse, peu lisible, instable la politique publique pour lutter contre les passoires thermiques ne convainc pas y compris chez ses défenseurs. C’est un plan d’action national complet qui est réclamé pour imposer un niveau minimum de performance énergétique, "massifier" les actions, et les mener en priorité à destination des ménages précaires.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le rapport de l’inspection générale des finances (IGF) et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) paru le 11 octobre sur les aides publiques à la rénovation énergétique destinées aux ménages est critique : les résultats sont « modestes, au regard de l’effort financier réalisé ».

Tant les dispositifs fiscaux (crédit d’impôt transition énergétique (Cite), TVA à 5,5 %, écoprêt à taux zéro) que le programme Habiter mieux de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) sont coûteux pour l’État (3,2 milliards d’euros en 2016) et leur efficacité en termes de qualité énergétique des travaux effectués et de volumes réalisés n’est pas démontrée. L’IGF et le CGEDD trouvent là une convergence avec Bruno Lechevin, président de l’Ademe et de l’Observatoire national de la ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise énergétique: la chaleur renouvelable, levier de la souveraineté énergétique des collectivités

de ADEME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La bataille des logements décents se joue sur plusieurs fronts

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement