Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

U comme usager

Publié le 19/01/2017 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’usager a-t-il sa place dans l’action sociale ? La loi de 2002 a semé le trouble. Elle exclut l’action sociale et médicosociale du service public et introduit l’usager aux côtés des professionnels. Mais en action sociale, « l’usager n’est pas un utilisateur », prévient Roland Janvier, docteur en sciences de l’information et de la communication, directeur général de la Fondation Massé-Trévidy (Finistère) (1). Son « rapport d’usage » dans la relation d’aide est particulier, au-delà de l’offre de service.

L’usager au singulier est pourvu de droits individuels pour protéger la dignité, l’intégrité, la vie privée et l’intimité, la sécurité de la personne. L’« usager coopérant », comme le nomme Isabelle Astier, professeure de sociologie, est informé, exerce des choix, participe à la conception et à la mise en œuvre de son projet. Cet usager actif glisse dans le monde du consommateur, sorte de client qui exprime ses besoins, son avis sur les prestations qui lui sont proposées et peut les critiquer. Mais il ne reçoit que s’il respecte la règle d’un jeu marchand en s’engageant par contrat à mériter la solidarité nationale.

Derrière le terme générique, l’usager sans féminin oublie la personne accueillie ou accompagnée. Mouliné par une logique administrative, il est soumis à une stigmatisation catégorielle, assise sur des classifications produites par des experts. Tant et si bien que le Conseil supérieur du travail social (2) préconise de « proscrire du vocabulaire officiel le mot usager », et de « sortir du centrage sur l’usager cible ».

L’action sociale relève d’une « mission d’intérêt général et d’utilité sociale », dit la loi. Alors l’usager se pense au pluriel. Corps investi de droits collectifs, d’un pouvoir d’agir et de dire, l’usager au pluriel prend place dans l’action sociale par référence à l’éthique et à la citoyenneté. Reconnaître le citoyen pour émanciper l’usager, n’est-ce pas là le fondement de l’action sociale ?

Thèmes abordés

Notes

Note 01 « Vous avez dit ‘‘usager’’ ? Le rapport d’usage en action sociale », ESF éditeur, 2015. Retour au texte

Note 02 Rapport « Refonder le rapport aux personnes. ‘‘Merci de ne plus nous appeler usagers’’ », février 2015. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

U comme usager

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement