Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

R comme radical

Publié le 27/12/2016 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Rendue visible par l’activité des mouvements sociaux des années 2000, la radicalité a envahi l’espace médiatique. Depuis, la « radicalisation » de quelques jeunes a amplifié cette visibilité. De quoi la radicalité est-elle le signe ? Le Centre national de ressources textuelles et lexicales la définit comme « le fait ou la caractéristique de ne pas admettre d’exception ou d’atténuation ». Elle témoigne « en matière politique et sociale des opinions tranchées visant à une transformation profonde de la société » (Larousse).

Le latin classique radix, radicis (racine) en fournit la quintessence originelle. Radical, qui appartient à la nature profonde d’un être ou d’une chose ; radical, qui présente un caractère absolu, total ou définitif ; radical, qui caractérise un genre d’action ou de moyen très énergique, très efficace, utilisé pour combattre quelque chose.

La radicalité d’aujourd’hui désigne plus souvent les habits du terrorisme ou de l’extrémisme portés par des militants, altermondialistes, des extrêmes gauche ou droite, et des croyants fous de Dieu. Carlos Lobo pense pourtant que « la radicalité est tout à la fois le lieu, l’objet et l’enjeu d’une lutte ». Si lutte il y a, la radicalité ne se décrète pas. Elle est le résultat d’un « long processus, sur un terreau d’inégalités, de violence sociale », explique Jean Ortiz. Elle peut être saisie par certains habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville comme « un outil pour changer de statut, sortir d’une ornière, provoquer du changement », analyse Sami Zegnani.

Accuser la radicalité des nouveaux maux de la société, c’est nier les clichés, l’injustice sociale, l’oppression et la relégation, l’inégalité et les différences de classe. Parce qu’elle construit un rapport de force signifiant, c’est un signal à écouter. La radicalité, prise de conscience, utile à réinventer du social, est nécessaire. À condition de s’accompagner de la conviction d’une alternative globale aux dominations actuelles.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

R comme radical

Votre e-mail ne sera pas publié

Sarrance

02/01/2017 09h36

l’incompréhension, le manque d’écoute ou d’empathie poussent l’Autre dans ses plus forts retranchements. Le plus souvent, la radicalisation témoin de tous nos manquements, véritable miroir de nos défaillances envers autrui, devrait nous amener à une véritable remise en question de nos fondamentaux politiques. Quelle société souhaitons nous construire, dans quel état souhaitons-nous léguer la planète à nos enfants?
Donner du sens à nos actions, en vérifier l’impact sur les générations actuelles et futures, vaste programme qui devrait à mon humble avis nourrir et croiser toutes nos sciences, sans oublier bien sûr, la plus élémentaire, la philosophie.
A quoi s’attachent les intellectuels de tous les pays, pourquoi deviennentils de moins en moins diserts???

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement