Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

D comme déontologie

Publié le 09/12/2016 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

C’est pour expliciter le terme d’éthique que le philosophe Jeremy Bentham crée le mot « déontologie » : la théorie des devoirs. Inventoriés au cas par cas, ces devoirs fixent, selon le Larousse en ligne, « la conduite de ceux [qui exercent une profession], les rapports entre ceux-ci et leurs clients et le public ».

La déontologie, socle de règles et de procédures à visée purement professionnelle, recèle ainsi une fonction référentielle pour la pratique des membres d’une profession donnée. Le concept fédère autour de lui une communauté d’appartenance, d’intérêts et d’objectifs.

La notion est « inhabituelle dans la fonction publique », note Antony Taillefait, professeur des universités en droit public, où l’action est plus irriguée par une ontologie professionnelle, en lien étroit avec le service public et la poursuite de l’intérêt général.

Le statut, dans lequel la déontologie est présente, fixe les obligations de l’agent public, en référence aux exigences de probité, d’impartialité, d’égalité, d’efficacité, d’absence de conflit d’intérêts, de hiérarchie, de loyauté, de continuité, de neutralité, de réserve et de discrétion, etc.

Dans une démocratie ébranlée par une représentation politique en crise, l’émiettement du lien citoyen/État et la judiciarisation de la société, c’est une fonction politique que la loi du 20 avril 2016 assigne à la déontologie des fonctionnaires. Celle-ci se voit attribuer trois rôles : contre-feux pour moraliser la vie publique et prévenir les conflits d’intérêts, caution pour rétablir le pacte de confiance avec les citoyens, garantie pour protéger l’usager contre les pratiques occultes, l’arbitraire et le favoritisme.

L’avenir dira si cette visée démocratique n’est pas un leurre et si la loi aidera le détenteur de fonctions publiques, élu, fonctionnaire, magistrat ou militaire, à être « homme d’État », non seulement par ses talents mais aussi par ses vertus.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

D comme déontologie

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement