Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Aides au logement

Nouveau coup de rabot sur les APL

Publié le 30/09/2016 • Par Stéphane Menu • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social

aide-logement-APL-UNE
spectrumblue - Fotolia
Après la mise en place, en juillet, d’un coefficient dégressif des aides personnalisées au logement pour les ménages percevant des loyers trop élevés, un décret prévoit, dès le 1er octobre, la prise en compte des patrimoines au-delà de 30 000 euros dans le calcul de l’aide. Le gouvernement entend ainsi réduire la voilure budgétaire des APL dont le coût pour l’État est de 17 milliards d’euros. 650 000 personnes risquent de voir leurs aides fléchir voire disparaître.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Votée fin 2015, la loi de finances 2016 prévoyait de s’attaquer aux aides personnelles au logement (APL). Mais les acteurs du logement n’envisageaient pas que le régime imposé de réduction de ce financement serait aussi rude : à partir du 1er octobre, la valeur du patrimoine des allocataires sera désormais prise en compte dans le calcul de l’aide personnelle au logement lorsque ce dernier excède 30 000 euros.

Le décret, fixant les modalités d’évaluation du patrimoine, rédigé par le ministère du Logement, a été présenté le 12 septembre au Conseil national de l’habitat (CNH), recevant un accueil très mitigé.

Des conséquences sur le financement du logement social

La raison de cette réserve ? Le risque de « refiscalisation », pour reprendre le terme de la Confédération nationale du logement (CNL), de certains revenus du patrimoine ne produisant aucun revenu, telle la résidence secondaire, ou de livrets populaires d’épargne dont les intérêts sont défiscalisés : livret A, livret de développement durable, livret d’épargne populaire, etc.

La prise en compte de ces biens produira un revenu annuel égal à la moitié de leur valeur locative, ce qui existe déjà pour le calcul de la taxe foncière concernant les biens immobiliers, pour les terrains non bâtis à hauteur de 80 % et pour le montant des capitaux des supports d’épargne défiscalisés jusqu’à 3 %.

Eddie Jacquemart, président de la CNL, ne décolère pas : « Non seulement cela va pénaliser les épargnants populaires mais aussi cela risque d’entraîner une nouvelle décollecte du livret A, déjà bien mis à mal par la baisse des taux d’intérêt. Ce qui aura aussi des conséquences graves sur le financement du logement social ». La CNL a voté contre ce décret et en réclame le retrait.

Le texte entrera en application tel quel

Une requête qui ne semble pas émouvoir, pour l’heure, le gouvernement. Contacté par capital.fr, l’entourage de la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, assure que « le texte entrera bien en application tel quel ».

Concrètement, près de 10 % des 6,5 millions de bénéficiaires risquent de voir leurs aides fléchir, voire disparaître. Une personne seule percevant 7 000 euros par an, payant un loyer mensuel de 300 euros (hors charges) et dont le patrimoine est de 39 100 euros (dont un livret A de 15 000 euros et un terrain agricole non bâti de 4 100 euros) verrait son allocation passer de 180 euros à 161 euros.

Dans le même cas de figure, mais avec un patrimoine de 155 000 euros composé d’un terrain non bâti de 120 000 euros dont la valeur locative annuelle s’établit à 10 800 euros et de 15 000 euros sur le livret A, les aides seraient supprimées.

17 000 locataires ont disparu des radars de la CAF

Un premier coup de rabot aux APL a été donné en juillet pour les familles s’acquittant d’un loyer trop élevé, un coefficient dégressif de leur aide s’appliquant au-delà d’un seuil déterminé par zone géographique plus ou moins dense sur le plan de l’habitat, l’aide pouvant disparaître au-delà d’un second seuil.

Dans les faits, 63 000 familles ont eu la mauvaise surprise de constater que leurs aides baissaient de 70 euros en moyenne sur un loyer moyen de 235 euros. Les 17 000 autres locataires ont disparu des radars de la CAF !

C’est à Paris et ses environs que la situation est la plus critique : un loyer de 1 000 euros entraîne la diminution de l’aide, la supprime à 1 171 euros pour une personne seule ; pour un couple, ces seuils sont fixés à 1 200 euros et 1 413 euros.

L’objectif du gouvernement est de réduire la voilure budgétaire des APL, dont bénéficient environ 6,5 millions de ménages, 80 % d’entre eux disposant de ressources inférieures au Smic.

Le coût, pour l’État, est de 17,4 milliards d’euros et la Cour des comptes, dans son rapport de 2015 estimait que le système laissait subsister des facteurs d’inégalité et d’inefficacité, et souffrait d’une gestion complexe et coûteuse.

Thèmes abordés

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Nouveau coup de rabot sur les APL

Votre e-mail ne sera pas publié

gard

21/09/2016 09h53

Je crois me rappeler que comme de nombreuses aides de l’Etat, l’APL permet aux proprio de monter le loyer. Et de plafonner les loyers ouvrant droit à l’APL est une tentative pour supprimer cet effet pervers. Sera-t-il efficace?

Al

25/09/2016 01h02

@ gard

A Paris, les propriétaires exigent que les locataires soient en CDI et aient un garant. L’APL, ils s’en fichent. Faut revenir à la réalité. Raboter les APL pour certains (10% ?) ne va rien changer de fondamental à l’équation…
C’est simplement s’attaquer aux moins pauvres des pauvres, aux gens qui ont eu le malheur d’avoir économisé un peu. C’est une belle mesure antisociale. Pour respecter les engagements budgétaires, on fait payer les pauvres. C’est ça le socialisme.

dubois

27/09/2016 11h07

c’est gentil de prendre la défense des moins pauvres de s pauvres et des propriétaires parisiens. mais il faut savoir qu’il y en a de moins en moins compte tenu de la spéculation foncière te de la montée des loyers facilités par AIRBNB…
cette défense de s moins pauvres des pauvres ne cacherait elle pas autre chose? tout simplement la préservation d’avantages acquis

et pour être concret, en voici un exemple . nous louons un studio de 25 mètres carrés coté bastille 750 euros à une etudiante dont les parents gagnent 30 000 euros par mois. ils recoivent l’APL !! est ce justifié?

Al

28/09/2016 09h54

@ Dubois
Je ne sais pas avec cette réforme si le patrimoine des parents (le seuil des 30 000) sera pris en compte pour le calcul de l’APL de l’enfant. Ce que je sais c’est qu’il n’y aura pas d’APL pour les enfants dont les parents sont soumis à l’ISF. Quand on touche 30 000 euros par mois, il y a de forte chance qu’on soit soumis à l’ISF, ceci-dit. Evidemment je ne vais pas pleurer sur le sort de ces gens.

La réforme actuelle touchera cependant beaucoup de personnes et principalement celles qui ont un petit peu économisé dans leur vie (peut-on leur reprocher cela ?) sans pour autant être des rentiers (le seuil à 30 000 ne fait pas vous des rentiers) et qui sont sans emploi, à temps partiel. Avec le calcul à 3% des intérêts des capitaux par la CAF, les gens près du seuil vont retirer leur argent de leur livret A (aujourd’hui à 0,75), ça leur coutera plus cher d’avoir un livret A que de ne pas en avoir. Rappelons que le livret A finance le logement social.

Imaginons qu’un parent qui a touché un héritage veuille faire une donation à son enfant qui touche l’APL. Conclusion: l’enfant va voir son APL réduite parce qu’il dépasse le seuil des 30 000…on voit bien qu’on marche sur la tête avec ce système. Imaginons qu’une personne se fasse licencié et touche une indemnité de licenciement, il va voir son APL baisser durablement (sauf s’il claque tout son argent dans des vacances aux Bahamas alors là il aura le droit de toucher son APL en « entier »).

Mettre un seuil n’est pas une mauvaise chose mais à 30 000, ça touchera les « petits gens ». C’est un constat.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement