Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[Opinion] Santé

« Il n’existe pas de non-assistance à personne en danger dans le code pénal »

Publié le 08/04/2016 • Par Pierre-Brice Lebrun • dans : A la Une santé social

Refuser les soins est un droit, se faire soigner aussi : l’autorisation de soins et d’opérer n’existe ni pour les mineurs, ni pour les majeurs en tutelle. Le médecin ne peut en aucun cas l’exiger, il doit délivrer les soins nécessaires sans qu’un accord extérieur vienne troubler le secret qui le lie à son patient.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si refuser les soins est un droit, se faire soigner l’est aussi. L’autorisation de soins et d’opérer n’existe ni pour les mineurs, ni pour les majeurs en tutelle. C’est pourquoi, le médecin ne peut en aucun cas l’exiger. Il a le devoir de délivrer les soins nécessaires sans qu’un accord extérieur vienne troubler le secret qui le lie à son patient.

En dehors des soins psychiatriques sans consentement, très encadrés, et limités aux soins psychiatriques, il n’existe aucun moyen d’obliger quelqu’un à se soigner, même si l’on considère – c’est éminemment subjectif – qu’il se met en danger, qu’il est vulnérable, ou que sa santé mentale est altérée : se mettre en danger est un droit qui relève de la vie privée, de ses choix personnels.

Il est donc impossible d’être poursuivi pour « non-assistance à personne en danger », puisque la non-assistance à personne en danger n’existe pas : le code pénal prévoit bien une « non-assistance à personne en péril » (art. 223-6), mais danger et péril ne sont pas synonymes. Le péril est ponctuel, on peut l’écarter par une action immédiate, le danger est continu, on ne peut pas le régler par une action immédiate : une noyade, un AVC, un arrêt cardiaque représentent un péril, des violences familiales représentent un danger.

La minorité et la vulnérabilité – pas plus que la tutelle – ne permettent de forcer le consentement : toute personne a le droit de refuser ou de ne pas recevoir un traitement, et le médecin a l’obligation de respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix et de leur gravité (code de la santé publique, art. L.1111-4). Le médecin, si le patient ne peut valablement consentir, délivre les soins sous sa propre responsabilité, rien ni personne, tuteur, juge, parents, ne peut l’en dégager.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Il n’existe pas de non-assistance à personne en danger dans le code pénal »

Votre e-mail ne sera pas publié

Kev

24/03/2016 01h27

Donc un enfant de 4 ans qui ne comprend pas la nécessité d’examen a le droit de les refuser parce qu’ils lui font peur ou sont désagréable… ?

De plus, l’autorisation de soins est une nécessité non pas pour imposer des soins (bien que cela soit parfois nécessaire) mais surtout pour éviter une quelconque plainte venant des tuteurs.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement