Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

[OPINION] ACTION SOCIALE

Demain quelle action sociale ? – Jean-Michel Rapinat, directeur délégué Politiques sociales de l’Assemblée des départements de France

Publié le 06/11/2015 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social

Au sein de la sphère publique, les collectivités locales occupent historiquement une place centrale dans l’aide et l’accompagnement en direction des personnes en difficulté.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’acte I de la décentralisation de 1982-1984 a placé le département en première ligne. L’acte II de 2004 l’a promu au rang de chef de file de l’action sociale et médicosociale. Dans le dédale des compétences territoriales, les politiques sociales constituent aujourd’hui le cœur de l’activité des départements. Mais on sait que leur financement exacerbe la tension entre État et départements dès lors que le poids des seules allocations augmente. Un risque grandissant pèse sur les départements : n’être qu’un hygiaphone. Sans maîtrise sur les allocations sociales qu’ils financent et dont le montant et les critères d’accès leur échappent. C’est le risque inhérent à la prolifération de prestations légales, organisées uniquement en droits.

Plus sourd, un autre danger guette. À oublier la contrepartie des droits que sont les devoirs – qui génèrent l’engagement, la responsabilité et donc la dignité – on menace l’équilibre fragile du contrat social. Il faut oser le dire : le toujours plus d’allocations est un leurre. Ce qui menace véritablement notre pacte républicain, c’est la relégation des populations les plus vulnérables. Asphyxier le département financièrement, c’est l’empêcher, à terme, d’accompagner celles et ceux qui en ont réellement besoin. Soit l’on préserve cette collectivité de proximité disposant des moyens de sa politique (financiers, organisationnels, réglementaires), soit l’on casse le bloc cohérent des compétences sociales, avec des conséquences inévitables sur la cohésion sociale. Le département est un vecteur de développement social. Qui peut le contester ?

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Demain quelle action sociale ? – Jean-Michel Rapinat, directeur délégué Politiques sociales de l’Assemblée des départements de France

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement