Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Suppression des CCAS : la loi NOTRe à contre sens

Publié le 28/08/2015 • Par Auteur Associé • dans :

Avec la suppression de l'obligation, pour les villes de moins de 1 500 habitants, d'avoir un centre communal d'action sociale, le président de l'ANCCAS craint une "atteinte aux intérêts des usagers les plus fragiles".

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Tribune de Denis Guihomat, président de l’ANCCAS, directeur du CCAS de Tours

Cette fois c’est fait. Ce que le sénateur Doligé et d’autres avant lui n’avaient pas obtenu, la loi NOTRe l’a réalisé dans la quasi indifférence générale. C’en est fini de l’universalité des centres communaux d’action sociale (CCAS) avec leur disparition programmée dans les communes de moins de 1 500 habitants. Il faut dire que cette mesure ne devrait pas être bien compliquée à mettre en œuvre. Pour la plupart ce ne sont que coquilles vides et beaucoup n’ont aucune existence réelle. Alors pourquoi l’UNCCAS et l’ANCCAS se sont-ils opposés jusqu’au bout à cette disparition ? Sans doute un peu par attachement à une histoire vieille de plus de 200 ans. Sans doute aussi parce que nous croyons encore à l’égalité des citoyens partout sur le territoire. Mais surtout parce que cette disparition va laisser encore plus seuls les vieux, les pauvres , les familles et les autres qui vivent sur ces territoires ruraux souvent sans solution aux problèmes du grand âge, de la garde des jeunes enfants ou aux risques d’isolement qui menacent tous ceux qu’un marché de l’emploi devenu si exigeant oublie aux bords des chemins.

Pour que cette suppression des CCAS des petites communes ait un sens il aurait fallu qu’elle soit subordonnée à la création de centres intercommunaux d’action sociale (CIAS) ou au moins à un fort encouragement à leur création. Au lieu de cela, la loi NOTRe autorise la suppression des CIAS existants avec intégration des services par les communautés de communes ou retour aux anciens CCAS. Comprenne qui pourra ! Pourquoi supprimer des CIAS au moment où la loi et les acteurs locaux, UNCCAS et ANCCAS en tête, encouragent les réflexions à l’échelle intercommunale ?

Voilà comment, si nous n’y prenons garde, une modification législative purement technocratique portera gravement atteinte aux intérêts des usagers les plus fragiles. Soyons vigilants.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Suppression des CCAS : la loi NOTRe à contre sens

Votre e-mail ne sera pas publié

SOLBER

23/01/2017 01h59

Je comprend la crainte, mais ayant été secrétaire d’une commune rurale pendant 37 ans j’ai connu des dossiers et je pourrais vous donner des exemples d’abus, voir de magouilles pour obtenir quelques chose, des mensonges, mais depuis l’existence de la CMU il n’y avait plus de dossiers médicaux, seulement une ou 2 fois pour des appareils ou pour payer des factures d’eau et d’électricité. Je pense qu’il serait plus intelligent d’apprendre aux gens comment gérer mieux leur budget,de faire attention et des économies Car si les gens qui ont des petits salaires c’est les 3/4 de la population et comment trouverez-vous l’argent. C’est incroyable actuellement de voir tant de gens qui sont au crochet de la société et des travailleurs et qui vivent mieux que les gens au SMIG. Je pense à mes grands-parents et mes parents comment ils ont pu survivre puisque aujourd’hui c’est dans les moeurs de se plaindre, car ils ont que des droits et surtout aucun devoir. Comme disez ma maman le mot « economie » n’existe plus.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement