Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

LOGEMENT ET MIXITÉ

« La mixité ne se décrète pas, 
elle se construit dans le temps »

Publié le 15/05/2015 • Par Auteur Associé • dans : A la Une santé social

Après les attentats de janvier, le Premier ministre avait 
stigmatisé « l’apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays », dénonçant « la relégation périurbaine, les ghettos ». Le gouvernement a présenté le 15 avril les premières mesures du volet « logement » du comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars 2015. Un délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat a été nommé pour en assurer la mise en œuvre. Il s'agit de Thierry Repentin, auteur d’un rapport parlementaire sur le logement social en France 
et ancien président de l’Union sociale pour l’habitat (USH).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Tribune de Myriam El Khomri, secrétaire d’État chargée de la Politique de la ville

La relégation et les discriminations dont sont victimes les habitants des quartiers populaires sont la manifestation la plus criante des inégalités qui, dans notre pays, font obstacle à la promesse républicaine. La politique de la ville est le fer de lance de cette lutte pour l’égalité, au cœur de l’action du gouvernement depuis trois ans. La simplification de sa géographie d’intervention, l’abondement de 100 millions d’euros supplémentaires pour les associations de proximité, le lancement d’un nouveau programme national de renouvellement urbain ambitieux doté de 5 milliards d’euros témoignent de cette action volontariste.

La promesse de la République, c’est une promesse de mixité et de solidarité, ce qui implique notamment une meilleure répartition du parc social sur l’ensemble du territoire. Que certaines communes possèdent plus de 60 % de logements sociaux, quand d’autres, voisines, en affichent moins de 10 % est indigne de notre République !

C’est pourquoi le comité interministériel pour l’égalité et la citoyenneté du 6 mars dernier a renforcé les moyens de l’action gouvernementale en matière de mixité. Cette action passe d’abord par la stricte application de la loi. La mobilisation des terrains disponibles et la reprise de l’instruction des permis de construire dans les communes hors-la-loi seront mises en œuvre dès 2015. Une action déterminée sur une offre de logement accessible au plus grand nombre, sur la mobilisation de logements existants ou sur les loyers, notamment dans les zones favorisées, doit également permettre d’ouvrir réellement le droit au logement pour tous, partout.

Une telle politique suppose aussi une attribution plus transparente des logements sociaux. Menée à l’échelle intercommunale, cette attribution pourra désormais s’appuyer sur la généralisation des systèmes de classement des demandeurs selon des critères de priorité rigoureux et transparents. Il a aussi été décidé que les opérations du nouveau programme national de renouvellement urbain débuteront dès cette année, soit avec deux ans d’avance, pour engager la transformation du cadre de vie de ces quartiers, et rendre de la dignité à ceux qui y vivent.

Produire des logements diversifiés ; contraindre les communes récalcitrantes à appliquer la loi ; renforcer l’attractivité des quartiers populaires sont les principaux moyens pour faire progresser la mixité. Cette mixité ne se décrète pas, elle se construit dans le temps. Elle suppose les efforts conjugués de tous les acteurs : État, collectivités locales, bailleurs. Mais aussi des locataires et des habitants, au travers des outils participatifs que nous mettons en place dans toutes les instances décisionnelles. C’est avec eux que nous réussirons. L’égalité n’est pas un droit pour certains et une option que d’autres n’auraient pas pu prendre ; elle doit demeurer l’horizon de notre action collective en faveur des quartiers populaires.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La mixité ne se décrète pas, 
elle se construit dans le temps »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement